Le poids des mots


Édition du 10 Mai 2023

Le poids des mots


Édition du 10 Mai 2023

Certains mots trop extrêmes, comme «apocalypse» par exemple, sont à effacer de notre vocabulaire d’investisseur. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. À mon avis, certains mots devraient être rayés du vocabulaire de l’investisseur.

C’est le cas de «certitude». Si vous entendez un expert dire, par exemple, qu’il est «certain»qu’une récession surviendra d’ici la fin de 2023, il a selon moi un problème de crédibilité. Qui peut être certain de quoi que ce soit en matière d’économie ou de finance ? On peut croire qu’il y a de fortes chances qu’une récession s’en vient, mais on ne peut pas en être certain.

Au cours des dernières semaines, mon équipe et moi avons analysé le titre d’une société canadienne. Après une analyse du modèle d’affaires, des risques, des possibilités de croissance, etc., nous avons conclu que le titre était un achat sur la base de notre évaluation. Mais pouvons-nous conclure que nous sommes certains qu’un tel investissement sera lucratif au cours des prochaines années ? Absolument pas ! De nombreux facteurs, souvent imprévisibles, pourront influer sur les résultats de la société et sur notre évaluation de son titre au cours des prochaines années.

À mon avis, un investisseur est un probabiliste. Il prend des décisions après avoir soupesé le pour et le contre et estimé leur poids dans la balance des probabilités. Les conditions menant à la certitude n’existent pas.

Des mots extrêmes comme «apocalypse» sont également à proscrire. J’ai pourtant entendu l’expression «apocalypse économique»dans les médias récemment. La fin du monde économique, vraiment ? N’est-ce pas un peu extrême ? Comme l’a écrit Howard Marks, investisseur et auteur de plusieurs livres: «La plupart du temps, la fin du monde ne se produit pas.»

Le monde de la finance ou de l’économie n’est ni blanc ni noir — il peut prendre diverses nuances de gris. L’investisseur travaille dans un environnement imprévisible où la certitude n’a pas sa place. Une décision devrait toujours être fondée sur une variété de scénarios auxquels sont rattachées des estimations de probabilités.

«Jamais» et «toujours» sont également à proscrire. Même constat pour «impossible». Quel que soit le secteur dans lequel on investit, on ne peut connaître l’avenir. La concurrence est féroce dans la plupart des industries et la majorité d’entre elles seront perturbées par l’innovation dans les années à venir. C’est particulière-ment vrai de nos jours alors que les développements technologiques arrivent à la vitesse grand V.

Attention aussi aux expressions définitives telles que «la société XYZ jouit d’un modèle d’affaires inattaquable». Une telle phrase pose deux problèmes selon moi. D’une part, on ne peut pas dire qu’un modèle d’affaires soit inattaquable; on devrait plutôt dire «difficilement attaquable». D’autre part, en écrivant une phrase de ce genre, on émet une opinion — on croit que le modèle d’affaires de la société est inattaquable. Dans nos publications, nous essayons autant que possible d’écrire «nous croyons que»ou «nous estimons que».

Le mot «garanti», comme dans «rendement garanti», est également à éviter. De fait, lorsqu’on parle d’investissements risqués, comme les titres boursiers, la mention de «rendements garantis»devrait sonner l’alarme dans l’esprit de tout investisseur. Même parmi les placements plus «sécuritaires»que sont les obligations, il n’y a pas de garantie ou de rendements garantis. Il n’y a qu’à voir quels ont été les rendements obligataires nord-américains en 2022 pour s’en convaincre.

Lorsqu’un analyste ou un économiste tente de nous convaincre, il aura probablement avantage à faire bien paraître certaines de ses prévisions et à utiliser des termes excessifs. L’investisseur avisé, lui, rétorquera que la certitude n’existe pas dans ce monde.

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 21 mai

Mis à jour le 21/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Bourse: les gagnants et les perdants du 17 mai

Mis à jour le 17/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Blogues similaires

Bourse: vers trois ou quatre baisses de taux de la Banque du Canada

17/05/2024 | Denis Lalonde

BALADO. La Banque du Canada réduira son taux directeur à 3 ou 4 reprises d'ici décembre, selon Sébastien Mc Mahon.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Une baisse des taux retardée?

21/05/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Si plusieurs craignent une telle situation, il n’y a pourtant pas lieu de s’en inquiéter.