Le monde est une jungle

Publié le 14/02/2020 à 08:58

Le monde est une jungle

Publié le 14/02/2020 à 08:58

Une pile de journaux

Après les journaux, mais aussi le secteur du commerce de détail, quelles seront les prochaines industries qui devront s'adapter aux changements technologiques? (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Je lisais ces derniers jours que Charlie Munger, le bras droit de Warren Buffett, a dit que les journaux américains n'avaient pas d’avenir. Voici ce qu'il a déclaré lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de Daily Journal Corp., le 12 février 2020: «L’évolution technologique détruit les journaux quotidiens en Amérique. Les revenus disparaissent alors que les dépenses restent et ils sont tous en train de mourir.»

De nombreuses autres industries sont menacées par les changements technologiques ou sociétaux. Certaines entreprises réussiront à s'adapter, de nombreuses autres disparaîtront tôt ou tard.

C'est la loi de la sélection naturelle. Appliquée au monde économique, on peut la résumer ainsi: «le monde est en constante mutation et bien peu d’entreprises sont capables de survivre à long terme à de tels changements.» Ce phénomène est identique à celui que révèle l’observation des espèces animales. Selon Charles Darwin, ce ne sont pas les espèces les plus fortes qui survivent, ni les plus intelligentes, mais celles qui sont les plus aptes à s’adapter au changement.

On le voit avec les journaux, mais aussi avec la musique, les détaillants traditionnels et les centres commerciaux. Quelles seront les prochaines victimes des changements technologiques? Le pétrole? L'industrie automobile traditionnelle?

D’ailleurs, certains détaillants font régulièrement leur apparition dans les tris que nous effectuons pour tenter de dénicher des aubaines. Des titres de sociétés telles que Macy's, qui s'échange à moins de 7,0 fois les bénéfices prévus, Bed Bath & Beyond (9,7 fois) ou Canadian Tire (10,3 fois), s'échangent à des ratios nettement inférieurs à ceux des marchés.

Est-ce une occasion ou la proverbiale trappe pour les investisseurs «valeur»? Difficile à dire à court terme. De telles évaluations peuvent se traduire par des rebonds importants et rapides en Bourse.

Mais à long terme? Miseriez-vous sur de telles sociétés pour les 10 prochaines années, sachant qu'elles font face à d’énormes vents contraires? Ces entreprises pourront-elles s'adapter aux changements de fond qui poussent de plus en plus les consommateurs à magasiner en ligne? Comme les journaux, les détaillants traditionnels qui veulent s'adapter et faire le saut en ligne ont souvent trop à perdre en délaissant leur modèle traditionnel. Ils tergiversent et remettent à plus tard, jusqu'au point de non-retour...

Les perturbations se produisent beaucoup plus rapidement que dans le passé et le rythme risque de s’accélérer. Dans leur livre «Creative Destruction» (Random House, 2001), Richard N. Foster et Sarah Kaplan démontrent que la durée de vie moyenne d’une société faisant partie du S&P 500 est passée de 25 à 35 ans dans les années 1950 à près de 15 ans en 2001. Selon eux, on peut prévoir que cette durée «aura été réduite à près de 10 ans d’ici 2020».

L'investisseur à long terme doit tenir compte de ce risque de perturbation dans ses analyses. Le titre d'une société qui s'échange à 10 fois les bénéfices est peut-être une belle aubaine, mais il y a aussi de fortes chances pour que ce soit celui d'une société en déclin irréversible – une trappe pour l’investisseur.

Pour ma part, je préfère payer un peu plus cher pour une entreprise de qualité aux perspectives de croissance favorables et dont le modèle devrait perdurer.

Pensez-y avant d'acheter un titre. Gardez ces éléments en tête lorsque vous suivez les sociétés de votre portefeuille. Leurs dirigeants sont-ils proactifs face aux changements qui les guettent? Investissent-ils suffisamment en technologie?

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Blogues similaires

Le plancher au deuxième trimestre, selon les pros

BLOGUE.107 pros sondés par la Banque Scotia ont commencé à racheter des actions, même si le plancher n'est pas arrivé.

Le dividende n'est pas une bouée de sauvetage

BLOGUE INVITÉ. Vous pourriez obtenir quelque chose qui pourrait ne pas être là lorsque la crise sera passée.