Les caractéristiques des pires sociétés pour investir

Publié le 15/09/2023 à 08:34

Les caractéristiques des pires sociétés pour investir

Publié le 15/09/2023 à 08:34

Des courbes descendantes

Au lieu de chercher ce qui fonctionne, je trouve qu'il est probablement plus logique de déterminer ce qui ne fonctionne pas. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. En investissement, on cherche tous la perle rare, cette société qui nous enrichira pendant les 10, 20 ou 30 prochaines années. On voudrait savoir quelles sont les caractéristiques, les points communs des sociétés qui ont connu de tels succès boursiers par le passé afin de dénicher de jeunes pousses qui leur ressemblent.

Le hic selon moi est qu'il n'y a pas de modèles définitifs. Chaque succès boursier est unique et il est improbable qu’on puisse le reproduire.

Au lieu de chercher ce qui fonctionne, je trouve qu'il est probablement plus logique de déterminer ce qui ne fonctionne pas, à la manière de Charlie Munger, qui cherche toujours des solutions en «inversant», en abordant un problème par la porte arrière.

Ainsi, quelles seraient les caractéristiques d'une entreprise dont les chances de succès sont très minces, voire inexistantes à long terme?

- Elle évolue dans une industrie en déclin à long terme.

- Ses produits ou services sont en constante mutation. La société doit sans cesse se réinventer.

- Son modèle d'affaires requiert beaucoup de capital, des investissements substantiels, année après année.

- La demande pour ses produits ou services est imprévisible et sujette à de fortes fluctuations.

- La société n'a aucun pouvoir pour dicter le prix de ses produits ou services. Ce sont des commodités qu’on peut aisément substituer.

- Les barrières à l'entrée de son industrie sont basses.

- La société est dépendante de plusieurs facteurs économiques volatils sur lesquels ses dirigeants n'ont aucun contrôle. Les taux de change, la croissance économique, les taux d'intérêt, etc.

- Ses dirigeants sont grassement rémunérés, mais ne possèdent pas ou très peu d'actions.

- La société est très endettée.

- La société dépend de quelques gros clients pour une part substantielle de ses revenus.

- La poursuite de ses activités repose sur sa capacité à lever régulièrement du capital, par l'émission de dette ou d'actions.

 

En éliminant les sociétés dont les caractéristiques correspondent à celles énumérées, on évite à mon avis bien des maux de tête. Et on augmente sensiblement ses chances de tomber sur des grands gagnants boursiers à long terme.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100 et auteur du livre Avantage Bourse

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100+. Il est également l’auteur du livre Avantage Bourse et coauteur de La Bourse ou la Vie.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 16 avril

Mis à jour à 18:30 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Politiques monétaires: quel est le risque du scénario modéré?

EXPERT INVITÉ. Près de 24 mois après le début des hausses (mars 2022), toujours pas de récession.

OPINION À surveiller: Loblaw, Groupe MTY et Tesla
10:13 | Catherine Charron et Denis Lalonde
Wall Street termine en ordre dispersé, résiste aux vents contraires
Mis à jour à 18:27 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Les nouvelles du marché du mardi 16 avril
Mis à jour à 08:53 | Refinitiv

Blogues similaires

Bourse: Luc Girard analyse la situation chez Dollarama et BRP

12/04/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les titres de Dollarama et BRP on bien fait récemment, mais la situation peut-elle durer?

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

La baisse du PIB par habitant ne doit pas inquiéter, mais...

25/03/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Depuis 2020, soit au début de la pandémie, le PIB par habitant a diminué de 1,3% par année au Canada.