La double magie des profits en croissance

Publié le 09/07/2012 à 14:17, mis à jour le 10/07/2012 à 11:19

La double magie des profits en croissance

Publié le 09/07/2012 à 14:17, mis à jour le 10/07/2012 à 11:19

BLOGUE. Bien des investisseurs croient que le succès d’un titre en Bourse dépend de sa popularité auprès des autres investisseurs. Ces investisseurs recherchent les titres de sociétés qui ont de belles histoires à raconter, des plans d’affaires qui font rêver par leur potentiel ou des produits qui pourraient révolutionner leur industrie. Ils croient qu’en achetant plusieurs titres « conceptuels », qui sont généralement au stade de démarrage et perdent de l’argent, ils auront de bonnes chances de « frapper le coup de circuit » et ainsi faire fortune à la Bourse.

Une telle façon d’investir ressemble davantage au casino qu’à l’investissement à long terme. Les grands investisseurs de ce monde, en particulier Warren Buffett, ont démontré à maintes reprises et pendant plusieurs décennies que la meilleure façon de réussir à la Bourse est d’acheter des entreprises de qualité et qui seront en mesure de croître pendant de nombreuses années; le tout à un prix raisonnable.

En somme la clé du succès en Bourse n’a rien à voir avec la popularité d’un titre ou avec un produit révolutionnaire, elle dépend tout simplement des profits d’une entreprise, plus spécifiquement de leur progression dans le temps.

Quincaillerie Richelieu

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100+. Il est également l’auteur du livre Avantage Bourse et coauteur de La Bourse ou la Vie.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Bourse: la Banque Royale fait trembler le marché des actions privilégiées

19/04/2024 | Denis Lalonde

BALADO. La Banque Royale envoie un signal clair qu'elle pourrait racheter toutes ses actions privilégiées.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

La baisse du PIB par habitant ne doit pas inquiéter, mais...

25/03/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Depuis 2020, soit au début de la pandémie, le PIB par habitant a diminué de 1,3% par année au Canada.