L'éducation d'un investisseur «axé sur la valeur»

Publié le 06/02/2015 à 11:51, mis à jour le 06/02/2015 à 14:56

L'éducation d'un investisseur «axé sur la valeur»

Publié le 06/02/2015 à 11:51, mis à jour le 06/02/2015 à 14:56

(Photo: Bloomberg)

BLOGUE. Je viens de terminer la lecture du livre The Education of A Value Investor, écrit en 2014 par Guy Spier, gestionnaire de portefeuille et propriétaire de la firme Aquamarine Capital. Cette firme a été fondée en 1995 et assurait au départ la gestion d’un fonds privé doté d’un capital de 15 M$, provenant principalement de membres de sa famille. Fervent admirateur de Warren Buffett, M. Spier retrace dans son livre son cheminement improbable dans le monde de la finance, depuis sa première expérience à l'emploi d'une firme aux mœurs douteuses, jusqu’à à sa graduelle transformation en un investisseur fondamentaliste ou «axé sur la valeur».

Rares sont les livres que je relis. Or, à peine avais-je terminé la lecture de celui-ci que je la recommençais à partir du début. Voici quelques-uns des enseignements que j'en ai tiré :

- L'environnement est très important. Le succès en matière d’investissement n'est pas qu'une question d'intelligence. Il importe aussi de créer un environnement qui permet de réfléchir calmement et de prendre des décisions éclairées sans être influencé par son entourage. C'est pour cette raison que Guy Spier s'est établi il y a plusieurs années à Zurich, en Suisse, loin de New York et de toutes ses distractions, de ses courtiers, analystes, gestionnaires et du jet-set. C'est un concept que Warren Buffett a compris il y a longtemps en établissant ses pénates à Omaha. De mon côté, je dois avouer que j'apprécie grandement le calme de Saint-Bruno (sans mentionner que j'évite aussi les embouteillages quotidiens et la traversée des ponts...).

- La gestion de ses émotions est la clé. S'il est si important pour un investisseur à long terme d'évoluer dans le bon environnement, c'est surtout pour l'aider à mieux gérer ses émotions. M. Spier s’efforce de s’isoler des distractions (il regarde les cotes de ses titres seulement une fois par semaine) afin de mieux gérer les tentations de négocier et d’être trop «actif» dans la gestion de son portefeuille.

- L'investissement «axé sur la valeur» donne des résultats. J'ajouterais qu'il peut donner des résultats pour de nombreux adeptes, en commençant par Buffett dont la réussite prouve qu'il est possible de réaliser des rendements supérieurs à ceux des marchés à long terme. Le fait que chacun de ces investisseurs suive son propre raisonnement et soit prêt à aller à contre-courant des mouvements de la foule leur permet de bien faire.

- Ne pas se presser. En 2008, MM. Spier et Mohnish Pabai, son ami et gestionnaire fondamentaliste de premier ordre, ont versé 650 100 $ à la Fondation GLIDE pour avoir la chance de partager un dîner avec Warren Buffett. Une des choses que Buffett leur a dites à cette occasion m'a frappé: «Charly (Munger) et moi avons toujours su que nous deviendrions un jour très riches, mais nous n'avons jamais été pressés de le devenir.» Nombre d'investisseurs comprennent très bien la méthode de Buffett et de l'investissement axé sur la valeur, mais malheureusement trop d’entre eux sont pressés de devenir riches. Le temps travaille pour les investisseurs patients.

- Apprendre de ses erreurs. Les premiers pas de M. Spier au sein d’une firme de courtage aux pratiques douteuses lui ont servi de précieuse leçon. Après cette expérience, il s’est dit que plus jamais il ne ferait quoi que ce soit qui pourrait ternir sa réputation. Son livre nous démontre clairement son cheminement subséquent et son développement en tant qu'investisseur «axé sur la valeur». Il s’est notamment inspiré de ses erreurs passées pour élaborer une liste de questions auxquelles il se force de répondre avant d'investir dans un titre.

- Émuler les grands investisseurs. M. Spier ne cache pas qu'il essaie de copier ce que fait Buffett. Il a tellement lu sur lui qu'il lui arrive souvent de se demander ce que ferait Buffett lorsqu’il doit prendre une décision. Il a su aussi s'entourer d'autres investisseurs de grande qualité, qui partagent sa philosophie de gestion «axée sur la valeur», qui le conseillent et l'aident à devenir un meilleur investisseur.

- L'argent n'est pas une fin. Si le cheminement d'investisseur de M. Spier est intéressant, son épanouissement personnel l'est tout autant. Les années et l'expérience lui ont montré qu'être une bonne personne est encore plus important qu'être un bon investisseur. Encore là, l'exemple de Buffett, sa générosité, son humilité, a été déterminant pour lui.

Je recommande vivement la lecture de ce livre fort enrichissant.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

À propos de ce blogue : Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

 

Blogues similaires

Trois placements à contre-courant pour 2020

BLOGUE. Voici trois secteurs abordables susceptibles de battre le marché en 2020 pour l'investisseur anti-conformiste.

Surpasser le blocage de l'évaluation: le cas d'Amazon

BLOGUE INVITÉ. La révolution de l'internet a changé les critères d'évaluation pour certaines compagnies exceptionnelles.