Hommage à Pierre Lessard, l'homme derrière le succès de Metro

Publié le 23/01/2015 à 08:21

Hommage à Pierre Lessard, l'homme derrière le succès de Metro

Publié le 23/01/2015 à 08:21

BLOGUE. Ayant atteint la limite d’âge pour siéger au conseil d’administration, M. Pierre H. Lessard quittera la présidence du conseil d’administration de Metro lors de la prochaine assemblée annuelle de la société qui aura lieu le mardi 27 janvier prochain.

 Dans le rapport annuel de Metro pour l’exercice 2014, M. Lessard présente une rétrospective de sa carrière de 24 ans à la tête de la société d’alimentation. En voici les grandes lignes :

M. Lessard s’est joint à Metro en octobre 1990 à titre de président et chef de la direction, assisté de M. Paul Gobeil, vice-président du conseil. De fait, M. Gobeil devra également quitter ses fonctions la semaine prochaine. À cette époque, Metro connaissait des difficultés financières. En effet, la société accusait alors des pertes pour une deuxième année consécutive malgré des ventes de 2,2 G$. Son titre se négociait alors à l’équivalent de 0,74 $ par action.

Comme l’écrit M. Lessard, la direction a «dû procéder à une réorganisation majeure et ce fut l’électrochoc dont Metro avait besoin pour remettre le cap sur les profits. Un an plus tard, pour l’année financière 1991, les profits s’élevaient à 9,4 M$, soit un redressement de 18,4 M$.»

Une fois la situation financière de Metro redressée, M. Lessard a pu étudier la possibilité de réaliser des acquisitions pour fouetter la croissance de l’entreprise et en renforcer la position concurrentielle. En 1992, la société a acquis pour la somme de 100 M$ la moitié des magasins Steinberg au Québec, entreprise elle-même en difficultés financières, ce qui a considérablement augmenté sa présence sur l’île de Montréal.

En 1999, après la vague de consolidation du marché canadien de l’alimentation qui avait vu Sobeys acheter IGA et Loblaws acquérir Provigo en 1998, Metro a mis la main sur la chaîne Loeb pour la somme de 150 M$, ce qui lui a ouvert la porte du marché ontarien.

En 2005, Metro a complété la plus importante acquisition de son histoire, celle d’A&P Canada pour la somme de 1,7 G$. Grâce à cette acquisition majeure, Metro devenait le deuxième joueur en importance en Ontario.

En 2008, M. Lessard a passé les rênes de la direction à M. Éric La Flèche et est devenu président exécutif du conseil.

Mais ce sont avant tout les chiffres qui en disent le plus sur la carrière exceptionnelle de M. Lessard et sur la valeur qu’il a créée pour les actionnaires au cours de sa carrière de 24 ans. Voici les statistiques qui sont présentées dans le rapport annuel de Metro :

- depuis 1990, les ventes de la société sont passées de 2,2 G$ à 11,6 G$, un taux de croissance annuel composé de 7,2 %;

- négatif en 1990 (– 9,4 M$), le bénéfice net a atteint 456,2 M$ en 2014;

- la capitalisation boursière de la société était de 55 M$ en 1990 alors qu’elle est maintenant de 7,5 G$;

- alors que la société accusait une perte par action de 0,16 $ en 1990, son profit par action a été de 5,13 $ en 2014;

- et finalement, test ultime de la création de valeur à long terme, le cours de l’action est passé de 0,74 $ à 90,80 $ au 31 décembre 2014. Cela correspond à un rendement annuel composé de 22,2 %!

J’ajouterais que ce rendement exceptionnel ne tient pas compte des dividendes qui s’élèvent présentement à 1,20 $ par action par année.

Alors que tant d’investisseurs et de dirigeants d’entreprises semblent de plus en plus obnubilés par l’atteinte d’objectifs à court terme, M. Lessard a bâti Metro pour le long terme. Comme il l’écrit : «Ma vision a toujours été la même : prendre des décisions en fonction de la croissance de Metro non seulement à court terme, mais surtout à long terme, et au bénéfice de toutes ses parties prenantes.»

Bravo M. Lessard pour votre travail remarquable à la tête de Metro et pour l’exemple que vous avez tracé pour les dirigeants d’entreprises du Québec et du Canada.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

À propos de ce blogue : Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100. Divers comptes sous la gestion de COTE 100 détiennent des actions de Metro.

 

Blogues similaires

Le gros pari de Cascades devra convaincre

Édition du 14 Octobre 2020 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. La conjoncture sourit enfin à Cascades (CAS, 16,37 $), qui va de l'avant avec un projet de ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?