Deux horizons temporels

Publié le 10/02/2023 à 10:15

Deux horizons temporels

Publié le 10/02/2023 à 10:15

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Nous sommes ces jours-ci en pleine période de publication des résultats financiers des entreprises. En effet, la plupart des sociétés en Bourse dont la fin d’exercice est en décembre publient ces jours-ci leurs résultats du quatrième trimestre ainsi que de l’exercice 2022 clos le 31 décembre dernier.

C’est d’ailleurs un élément que je considère paradoxal pour les investisseurs à long terme dont je fais partie. Comment concilier son désir de conserver un titre pendant plusieurs années (chez COTE 100, nous gardons nos titres en moyenne plus de sept ans) avec la publication de résultats financiers trimestriels? Après tout, trois mois représente une bien courte période pour le dirigeant d’une entreprise en Bourse. Pourtant, nous savons tous que la performance financière d’une entreprise est scrutée chaque trimestre par les investisseurs et les analystes et que de violentes fluctuations boursières peuvent survenir au lendemain de la publication de résultats trimestriels qui ne sont pas conformes aux attentes.

Néanmoins, de nombreux dirigeants, particulièrement ceux qui possèdent une importante participation en actions dans la société qu’ils dirigent, ont su démontrer qu’ils savent faire abstraction des attentes des analystes et se concentrer avant tout sur la création de valeur pour leurs actionnaires à long terme.

Récemment, en lisant la transcription de la conférence téléphonique qui a suivi la publication des résultats annuels de la société Markel («MKL»), que nous détenons dans certains de nos comptes sous gestion, j’ai réalisé que certaines sociétés semblent avoir réussi à concilier l’apparente contradiction qui existe entre une gestion rigoureuse et efficace de leur entreprise à court terme et la création de valeur pour tous les actionnaires à long terme.

Voici ce que M. Tom Gayner, PDG de Markel, a dit à ce sujet lors de l’appel:

«À titre de société cotée en Bourse, ces conférences téléphoniques ont lieu tous les 90 jours. Chaque trimestre, nous partageons nos résultats financiers avec vous lors de cet appel. Bien que nous vous présentions une mise à jour un trimestre à la fois, je vous assure que ce n’est pas cette cadence qui dicte la gestion de Markel. Notre étoile Polaire est le double horizon temporel de l’éternité et de l’instant présent. Nous croyons que la combinaison d’un horizon à long terme représenté par "toujours", allié à la discipline et l’urgence du "maintenant", procure un équilibre qui nous sert bien.»

Cette manière de voir les choses telle que présentée par le président de Markel permet de réconcilier ce qui paraît contradictoire: vivre dans le moment présent et investir pour le long terme. Dans le monde des dirigeants de Markel, les deux horizons temporels de l’immédiat et du long terme sont alignés, au bénéfice des investisseurs à long terme de la société.

 

 

Devant une décision d’affaires, un dirigeant devrait toujours choisir, selon moi, les actions qui sont susceptibles d’ajouter à la valeur de leur entreprise à long terme et rejeter celles qui la réduiraient, même si elles pourraient être bénéfiques à court terme.

Lorsque nous étudions les résultats financiers trimestriels de nos sociétés en portefeuille, c’est dans le but de nous assurer que leurs dirigeants continuent de bâtir leur société et de créer de la valeur à long terme. Les enjeux qui peuvent faire fluctuer les résultats trimestriels d’une entreprise sont généralement peu importants, tant que la société continue de progresser vers ses objectifs à plus long terme.

 

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100 et auteur du livre Avantage Bourse

Blogues similaires

Bourse: la Banque Royale fait trembler le marché des actions privilégiées

19/04/2024 | Denis Lalonde

BALADO. La Banque Royale envoie un signal clair qu'elle pourrait racheter toutes ses actions privilégiées.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Productivité: les entreprises doivent investir davantage

22/04/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Depuis 2019, le Canada a enregistré le plus faible rythme de croissance de productivité parmi le G7.