Pourquoi la plupart des investisseurs sous-performent

Publié le 21/10/2022 à 11:34

Pourquoi la plupart des investisseurs sous-performent

Publié le 21/10/2022 à 11:34

Un investisseur qui panique en voyant un rendement diminuer

La grande majorité des investisseurs n’obtiennent pas les rendements des indices boursiers à long terme. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. La grande majorité des investisseurs n’obtiennent pas les rendements des indices boursiers à long terme. De fait, selon une étude de la firme Dalbar, l’investisseur américain moyen dans des fonds communs de placement en actions a obtenu un rendement annuel composé de 7,13% au cours de la période de 30 ans entre 1992 et 2021. Pour la même période, l’indice S&P 500 a obtenu un rendement de 10,65%.

Une telle différence est énorme! Comment l’expliquer?

En premier lieu, l’investisseur moyen tente de faire du «market timing», c’est-à-dire qu’il tente d’acheter et de vendre les fonds d’actions aux moments opportuns. Je crois que, pour la majorité des gens, cette pratique est la meilleure façon de s’appauvrir.

En deuxième lieu, la psychologie humaine est sans doute en cause. C’est bien connu, de nombreux investisseurs paniquent lorsque les marchés s’écrasent (pensez à la crise financière de 2008-2009) et s’emballent lorsque les indices fracassent des sommets.

Enfin, un autre facteur qui explique la sous-performance des investisseurs est leur tendance à garder trop d’encaisses dans leur portefeuille. Rappelez-vous que les indices boursiers ne contiennent pas d’encaisse! Si vous visez les rendements à long terme des marchés boursiers, vous devez être pleinement investi en tout temps.

Au fil des ans, j’ai pris l’habitude d’appliquer la règle recommandée à maintes reprises par Charlie Munger qui consiste à «inverser», soit à penser à contre-courant en retournant un problème pour l’analyser à l’envers. Au lieu de se demander ce qu’il faut faire pour améliorer ses rendements, il vaudrait mieux se demander ce qu’il importe de ne pas faire!

Ainsi, un investisseur devrait surtout éviter certains comportements particulièrement coûteux:

- Tenter d’entrer et de sortir des marchés aux moments opportuns;

- Garder de l’encaisse;

- Effectuer beaucoup de transactions;

- Utiliser la dette pour investir.

 

Ces conseils s’appliquent à ceux qui investissent dans des fonds communs ou dans les indices boursiers. Qu’en est-il des investisseurs qui achètent directement des titres boursiers?

Avant de viser un coup de circuit en achetant un titre, il faut surtout éviter les plus grands écueils:

- Éviter les sociétés qui ne réalisent pas de bénéfices ou dont le modèle d’affaires n’a pas fait ses preuves. Incidemment, cela veut dire qu’un investisseur devrait rester loin des situations de revirement ou des premiers appels publics à l’épargne (PAPE ou IPO);

- Éviter les sociétés trop endettées;

- Éviter les titres à la mode dont les évaluations sont démesurées.

 

Je suis persuadé qu’en appliquant ces recommandations, un investisseur devrait être en mesure de réaliser les rendements fort attrayants qu’offrent les marchés boursiers à long terme.

 

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100

Sur le même sujet

Beyond Meat: un titre peu appétissant

25/11/2022 | Denis Lalonde

ANALYSE. Par rapport à son sommet historique atteint en 2019, le titre de Beyond Meat a périclité de plus de 90%.

Bien dormir et faire de l’argent, c’est possible?

Édition du 09 Novembre 2022 | Richard Langevin

EXPERT INVITÉ. Après une très bonne année 2021, l’année 2022 est une des pires en 50 ans.

Blogues similaires

Le marché baissier envoie des recrues dans les mains d'acquéreurs

BLOGUE. La dépréciation de dentalcorp et de Converge Technology attire des offres. D'autres pourraient suivre.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?