Syndicalisation de Couche-Tard : voyage au bout de la nuit

Publié le 30/01/2013 à 08:08, mis à jour le 31/01/2013 à 13:35

Syndicalisation de Couche-Tard : voyage au bout de la nuit

Publié le 30/01/2013 à 08:08, mis à jour le 31/01/2013 à 13:35

BLOGUE. La campagne lancée à l’égard de Couche-Tard en janvier 2011 par la CSN avait donné le coup d’envoi à ce qui s’annonçait être une lutte épique entre deux géants.

Et nous avons été servis.

Après deux ans d’affrontements, voici l’état de la situation.

La CSN* a obtenu des accréditations à l’égard des établissements suivants :

  • Montréal, rue Jean-Talon (février 2011);
  • Saint-Hubert (avril 2011);
  • Montréal, rue Saint-Denis (avril 2011);
  • Saint-Liboire (avril 2011);
  • Pierrefonds (février 2012);
  • Victoriaville (octobre 2012); et
  • Boisbriand (octobre 2012).

>>Lire aussi Couche-Tard franchise trois dépanneurs syndiqués

Elle a en outre déposé des requêtes en accréditation à l’égard des établissements suivants, requêtes qui devraient être accueillies sous peu :

  • Montréal-Nord (décembre 2012); et
  • Montréal, rue Notre-Dame (janvier 2013)

La CSN a également obtenu du ministre du Travail la nomination d’un arbitre chargé de décider de la convention collective devant s’appliquer aux établissements de Saint-Hubert et de Saint-Liboire.

De son côté, Couche-Tard semble tout faire pour freiner l’hémorragie :

  • En janvier 2011, dépôt d’une requête en injonction visant à interdire aux représentants de la CSN de se présenter dans ses dépanneurs et de converser brièvement avec ses employés, des gestes qu’elle considérait comme du recrutement illégal. La CRT lui a donné tort ;
  • En mars 2011, diffusion aux salariés d’une allocution du président de Couche-Tard portant sur la syndicalisation;
  • En avril 2011, fermeture de l’établissement de la rue Saint-Denis. Les syndicats ont tenté d’en forcer la réouverture, ce que la CRT a refusé, jugeant que l’employeur avait le droit de fermer son établissement, qu’elles qu’en soient les raisons, dans la mesure où la fermeture était réelle;
  • En septembre 2011, fermeture de l’établissement de la rue Jean-Talon;
  • En juin 2012, vente de l’établissement de Saint-Liboire à un franchisé; et
  • En novembre 2012, annonce de la mise en vente de son établissement de Saint-Hubert.

Si elles ont servi à éviter jusqu’à ce jour la conclusion d’une première convention collective, ces mesures n’ont cependant pas été sans conséquence.

En effet, l’allocution du président et la fermeture des établissements situés rue Saint-Denis et Jean-Talon, à Montréal, ont donné lieu au dépôt de trois plaintes pour entrave, intimidation et menaces pour activités syndicales en vertu des articles 12, 13 et 14 du Code du travail (C.tr.).

Une plainte pour négociation de mauvaise foi en vertu de l’article 141 C.tr. a également été déposée.

Les fermetures annoncées ont en outre donné lieu au dépôt de nombreuses plaintes de salariés en vertu de l’article 124 de la Loi sur les normes du travail pour congédiement sans cause juste et suffisante.

Bref, à l’heure actuelle, la lutte semble s’être transformée en guerre d’usure.

En effet, dans le contexte des plaintes pour entrave, Couche-Tard a tout d’abord tenté sans succès (l’affaire fait toutefois l’objet d’une révision judiciaire) d’exclure du débat la CSN et la Fédération du commerce (Syndicat des travailleuses et travailleurs des Couche-Tard de Montréal et Laval — CSN et Couche-Tard inc., 2011-12-21). Elle multiplie depuis les demandes** pour préserver la confidentialité de l’information financière divulguée en cours d’instance. En prétendant que les dépanneurs avaient été fermés pour des motifs liés à leur rentabilité, l’entreprise s’exposait en effet à devoir ouvrir ses livres, une obligation que la Cour d’appel vient de lui rappeler (Couche-Tard inc. c. Syndicat des travailleuses et travailleurs des Couche-Tard de Montréal et Laval — CSN, 2013-01-16). Toujours est-il que la preuve «sort» au compte-gouttes et que la CSN paie chèrement chaque pouce de terrain conquis.

La vente du dépanneur de Saint-Liboire a en outre ouvert un nouveau débat, soit celui de l’identité du véritable employeur, le franchisé ou Couche-Tard (Gestion Alexandre Germain inc. et Syndicat des travailleuses et travailleurs des Couche-Tard de la Montérégie - CSN, 2012-12-07). Or, tant que cette question ne sera pas tranchée par la CRT, il sera vraisemblablement difficile pour l’arbitre d’imposer une convention collective aux parties.

À quoi s’attendre pour l’avenir ?

À propos de ce blogue

La Société québécoise d’information juridique (SOQUIJ) analyse, organise, enrichit et diffuse le droit au Québec. Ce faisant, elle accompagne les professionnels dans leurs recherches de solutions, ainsi que l'ensemble de la population dans sa compréhension du droit.

Philippe Buist

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | Ren√© V√©zina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada tr√®s en retard sur les √Čtats-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Dites, ça vous dirait de travailler depuis la Floride?

BLOGUE. Votre réalité, demain matin? Oui, mille fois oui, selon une étude de Harvard et de la Northeastern...