Vous rêvez d'être super efficace au travail? Voici un truc génial!

Publié le 10/03/2015 à 09:09

Vous rêvez d'être super efficace au travail? Voici un truc génial!

Publié le 10/03/2015 à 09:09

➢ Le désavantage d'accentuer la pression du temps. Lorsque l’équipe technique au sol sait qu’elle dispose de moins de temps que d’habitude pour accomplir toutes ses tâches avant le décollage, les chances sont élevées que l’avion décolle avec du retard. C’est-à-dire qu’à partir du moment où l’on exige du personnel qu’il aille plus vite qu’en temps normal, celui-ci va se mettre à aller moins vite que d’habitude.

➢ Le désavantage de diminuer la pression du temps. Lorsque l’équipe technique au sol sait qu’elle dispose de plus de temps que d’habitude pour accomplir toutes ses tâches avant le décollage, les chances sont élevées que l’avion décolle avec du retard. C’est-à-dire que l’allègement de la pression du temps rend le personnel moins performant que d’habitude.

➢ L'avantage de la flexibilité. Là où l’équipe technique au sol se montre la plus performante, c’est lorsqu’elle dispose d’une certaine flexibilité dans sa fenêtre de temps pour accomplir toutes ses tâches avant le décollage. C’est-à-dire que l’idéal est que le personnel ne ressente plus vraiment la pression du temps, que l’important pour lui n’est plus de lutter contre la montre (aller plus vite que d’habitude, faute de temps ; ou au contraire, pouvoir enfin lever le pied grâce au fait qu’on a plus de temps que d’habitude). Ce qui se produit, la plupart du temps, lors des périodes dites «creuses» des aéroports, où les avions ne décollent et n’atterrissent pas toutes les minutes.

Fascinant, n’est-ce pas ? Ce qui cause tant de retards dans les vols aériens, ce n’est pas tant la congestion des aéroports, mais plutôt la gestion du temps des équipes techniques au sol ! Il suffit qu’elles aient moins de temps que d’habitude, ou même plus, pour entraîner un retard au décollage. Il suffit, en vérité, de l’erreur managériale classique de dire aux employés qu’ils ont plus ou moins de temps que d’habitude, pour entraîner une contre-performance de leur part.

La solution ? Elle est on ne peut plus simple :

> Qui entend voir son équipe devenir plus efficace que jamais doit veiller à ce qu’elle ne lutte plus contre la montre. Car avoir sans cesse en tête que l’ennemi principal est le temps nuit à la performance d’un employé, et a fortiori d’une équipe de travail. Mieux vaut que chacun ait conscience qu’il a un certain nombre de tâches à accomplir, et surtout que la priorité est que chacune d’elles soit menée à bien. Dès lors, chacun sera soulagé d’un poids énorme sur les épaules, et brillera par son efficacité… sans même s’en rendre compte ! (Bien entendu, rien de mieux que de montrer vous-même l’exemple…)

En passant, l’écrivain espagnol Miguel de Cervantès a dit dans L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche : «Il faut donner du temps au temps».

Découvrez mes précédents billets

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...