Vous faut-il être téteux pour avoir une belle carrière?

Publié le 13/04/2015 à 06:09

Vous faut-il être téteux pour avoir une belle carrière?

Publié le 13/04/2015 à 06:09

Cela étant, il y a un pas immense entre l’influence sociale et la manipulation que cache, entre autres, la flatterie. Car l’influence sociale vise à avoir une incidence positive pour l’ensemble de l’écosystème dans lequel on se trouve, alors que la manipulation, elle, ne vise qu’à croître personnellement au détriment des autres et de son écosystème. Dans ce cas-là, on ne cherche qu’un petit profit personnel, sans aucune considération pour son environnement immédiat. Et, bien sûr, si cela peut fonctionner à court terme, un tel comportement mène inévitablement à la catastrophe à moyen et long termes.

Que retenir par conséquent de tout cela ? Ça me paraît assez simple :

➢ Qui entend évoluer dans sa carrière doit savoir se montrer bienfaisant auprès d’autrui. Il lui faut être non seulement se montrer agréable – en sachant trouver les points communs qu’il a avec les autres et en sachant écouter les prouesses des autres à leurs sujets –, mais aussi – et surtout – s’intéresser profondément aux autres. Bref, il lui faut chercher à faire du bien tout autour de lui, en toute sincérité.

Voilà. Donner un coup de pouce à votre carrière est désormais à votre portée. Il vous suffit d’agir constamment pour le mieux-être des autres, ce qu’ils vous rendront, sans même s’en apercevoir, au centuple.

En passant, le sage chinois Confucius a dit dans le Livre des sentences : «Agis avec gentillesse, mais n’attends pas de reconnaissance».

Découvrez mes précédents billets

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Pierre Beaudoin défend Bombardier face aux fournisseurs qui poursuivent l'entreprise

Cormer réclame 12,4 M$ avec intérêts de Bombardier en compensation pour l'abandon du projet Learjet 85.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...