Voici LE livre à lire avant d'entamer 2019!

Publié le 10/12/2018 à 06:06

Voici LE livre à lire avant d'entamer 2019!

Publié le 10/12/2018 à 06:06

Le temps des fêtes est toujours propice à la lecture... Photo: DR

C’est maintenant devenu un marronnier : en décembre, je me permets de vous recommander chaudement la lecture d’un livre et d’un seul durant le temps des fêtes, histoire de vous aider à bien démarrer la nouvelle année. En 2017, ça avait été Créer le meilleur de soi (Éditions Druide) de Manon Lavoie. En 2016, Retrouver la raison (QuébecAmérique) de Jocelyn Maclure. Et en 2015, L’Art d’imiter la nature (Éditions MultiMondes) d’Andrée Mathieu et Moana Lebel.

Cette fois-ci? Je vous le donne en mille, il s’agit de Donnez du sens à vos décisions (Éditions Eyrolles, 2018) de la coach Sylvie-Nuria Noguer, qui a notamment enseigné aux HEC et à l’Université McGill, à Montréal.

À mes yeux, c’est un livre on ne peut plus précieux, en ces temps où chacun de nous se doit de prendre des décisions éclairées – soigneusement balancées entre raison et intuition – sur une base quotidienne, que ce soit dans notre vie privée ou au travail. Des décisions aux conséquences de plus en plus cruciales, à l’échelle collective comme à l’échelle individuelle : par exemple, il nous faut désormais réfléchir à l’impact environnemental de nos plus petites décisions («Et si je n’achetais et ne mangeais de la viande rouge plus qu’une fois par semaine, histoire de nuire un peu moins à notre écosystème…»), ou encore à l’impact collectif des nos petites habitudes («Et si, pour une fois, j’arrêtais de décider pour mon équipe, en les laissant, eux, décider collectivement du prochain choix important à faire au travail…»).

Dans son livre, Mme Noguer montre avec une facilité déconcertante comment faire des choix libres et cohérents. Comment prendre des décisions individuelles et collectives qui sont alignées avec notre raison d’être. Comment découvrir nos aspirations profondes, les eules à pouvoir nous permettre de faire preuve de courage dans nos choix personnels et professionnels. Bref, comment enfin bien décider, seul ou à plusieurs.

Vous me connaissez, je vais me faire un plaisir de vous donner une idée de la teneur de Donnez du sens à vos décisions – 7 clés pour discerner et faire les bons choix, à l'aide d'un extrait. Lequel? Celui qui présente un truc ultra simple pour décider ensemble…

«En entreprise, les décisions sont généralement adoptées par une personne ou un comité ayant autorité, écrit-elle. Pourtant, il existe différents modes de délibération collective présentant chacun des avantages et inconvénients.

«La décision soumise au vote, utilisée lors des assemblées générales et des élections démocratiques. Cependant, lorsque les positions des parties prenantes sont très polarisées, cette approche peut mener à la frustration de la minorité, et oblitérer les chances de succès de la décision votée par la majorité.

«La décision à l’unanimité, qui recquiert l’accord formel de tous les participants. (…) Mais le temps requis pour trouver un accord unanime peut empêcher le système d’avancer de façon agile, et démobiliser les décideurs. (…)

«La décision par consensus, qui vise un accord de tous sans opposition formelle. (…) Cependant, les discussions visant le consensus peuvent favoriser la position des personnes s’exprimant avec le plus d’opiniâtreté.

«Enfin, la décision par consentement, qui permet d’aboutir dans un temps relativement réduit à une solution à laquelle chacun contribue activement et consent sans exprimer d’objection valable. Ce processus est efficace pour décentraliser la prise de décision, surtout là où elle est habituellement centralisée. (…)

«Quel que soit le processus de délibération adopté, l’intervention d’un facilitateur neutre permet de fluidifier les échanges et de s’assurer que les divers points de vue et besoins sont entendus et considérés. Et en cas de désaccord polarisé, le facilitateur [peut aisément permettre le déblocage de la situation]. (…)

Une astuce : s'installer en cercle... [Photo: DR]

«Revenons maintenant sur la décision par consentement, qui connaît un vif engouement auprès des organisations ayant à cœur d’œuvrer autrement… Pour mener celle-ci à bien, il convient de procéder en six étapes :

1. Présentation d’une proposition. La personne ayant une proposition à soumettre la présente de façcon concrète et argumentée. Une seule proposition est traitée à la fois.

2. Tour de clarification. Le facilitateur demande s’il y a des questions de clarification pour s’assurer d’une bonne compréhension de tous d la proposition elle-même et de ses enjeux. La personne qui a soumis la proposition répond alors aux questions, les unes après les autres.

3. Tour de réactions. Le facilitateur invite les participants à exprimer leurs réactions et suggestions à la proposition. La personne qui a soumis la proposition écoute et note en silence.

4. Formulation de la proposition amendée. La personne présente une nouvelle proposition, à la lumière des réactions recueillies, si elle le souhaite. Ou bien, elle retire d’elle-même sa proposition.

5. Tour d’objections. Le facilitateur demande s’il y a des objections. Il s’assure qu’il s’agit de raisons valables de rejeter la nouvelle proposition, et non de préférences personnelles (ex. : la proposition pourrait nuire au collectif). En l’absence d’objection, la proposition est automatiquement adoptée.

6. Intégration des objections. Les objections valables sont intégrées les unes après les autres, en bonifiant la proposition. Lorsqu’il n’y a plus d’objections, la proposition est adoptée.

[Une fois les six étapes menées à bien, si jamais quelqu’un a une nouvelle propisition à faire, sur le même sujet ou sur un autre, connexe, le groupe redémarre à l’étape 1. Et le tour est joué!]

«Lors de séjours en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Nord, j’ai eu l’occasion de découvrir des processus de décision adoptés par des communautés autochtones. J’ai ainsi observé que dans le cadre des décisions collectives, les participants se mettaient en cercle; c’est que le cercle symbolise un espace où la voix de chaque personne compte et converge vers le centre.

«Le discernement collectif y est guidé par une finalité qui aspire à l’harmonie et à la recherche du bien à la fois pour soi et pour tous; et ce, dans la conscience de l’interdépendance entre les êtres vivants et leur écosystème. D’ailleurs, j’ai noté que dans certaines communautés d’Amérique du Nord, l’un des membres du cercle de décision prenait le rôle… d’un élément de la nature – animal, rivière, etc. –, l’idée étant de prendre véritablement en compte leurs besoins spécifiques!»

Voilà. Inspirant, n’est-ce pas? Il y a bel et bien moyen de décider autrement, pour ne pas dire mieux. En particulier au travail. Et si vous preniez le résolution, en cette fin d’année, d’essayer au moins une fois, au début de 2019…

En passant, l’écrivain français Jean Giono a dit dans Noé : «Imaginer, c’est choisir».

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Quelle est la tenue parfaite pour un entretien d'embauche?

12/09/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le complet et le tailleur sont-ils toujours de rigueur, de nos jours? Hum, pas sûr...

Êtes-vous prêts à assumer vos succès?

BLOGUE INVITÉ. Les derniers mètres sont toujours les plus difficiles. Mais pourquoi donc?

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...