Vers un gel des salaires en 2020 et en 2021?

Publié le 29/09/2020 à 08:00

Vers un gel des salaires en 2020 et en 2021?

Publié le 29/09/2020 à 08:00

Un long hiver salarial s'annonce... (Photo: Puria Bernji pour Unsplash)

BLOGUE. COVID-19 oblige, un nombre encore jamais vu d’entreprises canadiennes ont gelé les salaires en 2020 et s’apprêtent à faire la même chose en 2021, selon une étude du cabinet-conseil en ressources humaines Morneau Shepell. Elles sont en effet 1 sur 3 (36%) à l’avoir fait en 2020, alors qu’avant la pandémie seulement 2% d’entre elles pensaient devoir y recourir afin de se maintenir à flot. Et elles sont 1 sur 2 (46%) à hésiter à le faire en 2021, 13% ayant d’ores et déjà tranché en faveur du gel (même si elles n’en ont pas encore avisé leurs employés).

«Ce sont là les données les plus préoccupantes que nous ayons vues depuis la création de notre enquête sur l’évolution des salaires, qui remonte à 1982, dit Anand Parsan, vice-président, services-conseils en rémunération, de Morneau Shepell. C’est bien simple, les Canadiens doivent s’attendre à vivre une autre année difficile, après celle de 2020 qui a pourtant été si néfaste à leur santé financière.»

En 2020, l’augmentation réelle des salaires de base a été de 1,6% à l’échelle du Canada et de 1,8% au Québec, selon les données de Morneau Shepell. Et en 2021, elle devrait être de 1,9% à l’échelle du Canada et de 2,1% au Québec - ce qui, pour les Québécois, représenterait tout de même le meilleur pourcentage du pays.

Ces pourcentages se trouvent loin de ceux qu’on a connus en 2019, l’augmentation moyenne des salaires, incluant les gels, s’étant alors élevée à 2,4% par rapport à l’année précédente. Ce qui s’explique tout bonnement par «le gel de nombre de salaires et l’instabilité économique généralisée» qui découlent de la pandémie du nouveau coronavirus.

Par ailleurs, tous les secteurs d’activités ne seront pas touchés de la même façon:

> Augmentations salariales en zone rouge. 42% des employeurs du secteur des arts, du divertissement et des loisirs et 25% de ceux des services éducatifs ont d’ores et déjà décidé de geler leurs salaires en 2021, étant donné que leurs domaines, qui dépendent largement des activités en personne, subissent de plein fouet les restrictions liées à la distanciation sociale.

> Augmentations salariales en zone orange. Et les incertains, ceux qui ne savent pas encore s’ils vont geler les salaires en 2021, ou pas? Sont dans ces cas 68% des employeurs du transport et de l’entreposage et 58% de ceux de l’hébergement et de la restauration. À noter que là où le pourcentage est le moins élevé à ce sujet, c’est dans le secteur de l’immobilier, de la location et de la location à bail (31%) et dans celui des services publics (38%).

> Augmentations salariales en zone jaune. Quant à ceux qui ne prévoient pas geler les salaires au cours de la prochaine année, ils représentent 58% des employeurs de l’immobilier, de la location et de la location à bail, 57% de ceux des services publics, 56% de ceux de l’agriculture, de la foresterie, de la chasse et de la pêche ainsi que 51% de ceux de la finance et de l’assurance.

«Nous sommes officiellement en récession économique. La stabilité financière est un véritable casse-tête pour les employeurs. Tout cela a d’énormes retombées sur la santé financière des Canadiens, d’un océan à l’autre. D’où l’importance cruciale de voir les employeurs mieux communiquer avec leurs employés, de décrire en toute transparence les effets de la pandémie sur leurs activités, de prendre le temps de parler des politiques et des programmes internes en matière de rémunération. Car cela peut permettre de renforcer la confiance et le sentiment de sécurité, même en sachant fort bien que la période à venir s’annonce difficile», dit Guylaine Béliveau, directrice, services-conseils en rémunération, de Morneau Shepell.

*****

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Noël devancé cette année

Édition de Juin 2020 | Les Affaires

Attendez-vous à voir les promotions des fêtes encore plus tôt cette année, car les détaillants tentent de s’adapter...

Des prévisions encore plus difficiles

Édition de Juin 2020 | Les Affaires

Même avec un accès à de nouvelles données, comme les déplacements des particuliers et des avions, émettre...

OPINION La Bourse n’a que faire des élections
Édition de Juin 2020 | Les Affaires
Encore moins d'argent comptant
Édition de Juin 2020 | Les Affaires
La citation de Bill Gates
Édition de Juin 2020 | Les Affaires

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...