Vaut-il mieux un bureau ordonné ou bordélique?

Publié le 25/02/2014 à 09:09

Vaut-il mieux un bureau ordonné ou bordélique?

Publié le 25/02/2014 à 09:09

Les bureaux en désordre sont énergivores... Photo: DR

Avez-vous remarqué qu'il y a toujours deux camps au travail : d'un côté, les ordonnés, au bureau figé dans sa perfection; de l'autre, les bordéliques, au bureau évolutif à mesure que les piles de papier s'accumulent ici et là? Et combien cela fait l'objet de piques de part et d'autre? Et ce, en pure perte puisque chacun reste campé sur ses positions.

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Facebook et sur Twitter

Mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

À quoi bon en parler, alors, me direz-vous? Eh bien voilà, j'ai mis la main sur une étude passionnante sur le sujet, intitulée Environmental disorder leads to self-regulatory failure et signée par Rui Zhu, professeure de marketing à l'École de commerce Cheung-Kong à Beijing (Chine), et Boyoun Chae, doctorante en marketing et en science du comportement à l'École de commerce Sauder à Vancouver (Canada). Oui, passionnante parce qu'elle se penche non pas sur la productivité au travail liée au fait qu'on ait un bureau ordonné ou bordélique – l'objet de toutes les chicanes –, mais sur l'impact que l'ordre et le désordre ont sur le comportement de la personne concernée. Une nuance de taille, comme vous allez le voir…

Ainsi, les deux chercheuses ont commencé par une petite expérience amusante. Elles ont demandé à 150 volontaires de s'installer à un bureau doté d'un ordinateur, puis d'attendre qu'on leur donne des consignes. L'important, c'était qu'il y avait trois sortes de bureaux différents :

> Un bureau bordélique : des affaires traînaient ici et là, en désordre;

> Un bureau ordonné : les mêmes affaires étaient soigneusement rangées;

> Un bureau vide.

Le temps d'attente visait, bien entendu, à permettre aux participants de se laisser inconsciemment imprégner par l'état de rangement du bureau. Cela fait, chacun devait ouvrir l'ordinateur et regarder 10 produits les uns après les autres, en indiquant à chaque fois combien ils étaient prêts à payer pour l'acquérir. Il s'agissait, entre autres, d'une lampe de bureau, d'un mini-frigo, ou encore d'un four à micro-ondes.

L'air de rien, cette expérience a permis aux deux chercheuses de découvrir quelque chose d'intéressant :

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Comment (enfin) savourer vos congés d'été?

21/06/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est qu'étrangement les Québécois ont le chic pour... rater leurs vacances!

Le conseil oublié d'Einstein pour être heureux au travail!

17/06/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il a été déniché dans des notes rédigées au Japon en 1922 et dévoilées seulement en 2017...

Blogues similaires

Transport: comme une épidémie de rats qui menace les villes

21/06/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Robin Chase, fondatrice de Zipcar, met en garde contre la prolifération des véhicules de livraison en ville.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...