Une grande leçon de leadership par Gorbatchev

Publié le 21/10/2011 à 16:16, mis à jour le 22/10/2011 à 21:08

Une grande leçon de leadership par Gorbatchev

Publié le 21/10/2011 à 16:16, mis à jour le 22/10/2011 à 21:08

La grande erreur de M. Gorbatchev a ainsi de s’être mal entouré au moment fatidique. Il a été trahi. Là encore, une anecdote est révélatrice… Le jour même de la réunification de l’Allemagne, le chef du KGB a rencontré Mikhaïl Gorbatchev pour lui confier un dossier top-secret, qui donnait la preuve «irréfutable» que Yakovlev était un agent de la CIA. M. Gorbatchev s’est aussitôt séparé de son ami des débuts. Or, il s'agissait d’un vrai «faux-dossier», c’est-à-dire de documents véritablement issus de la CIA, mais remplis de mensonges pour intoxiquer l’ennemi le jour où il réussira à mettre la main dessus. Et le piège a fonctionné à fond, même si Yakovlev ne cessait de clamer son innocence. «La faute de Gorbatchev a dès lors été de s’être entouré de personnes dont on savait tous qu’ils ouvaient le trahir du jour au lendemain», a d’ailleurs confié, plus tard, M. Yakovlev.

«À partir de ce moment-là, j’ai perdu toute influence politique. Mais la perestroïka, elle, avait atteint un seuil de non-retour, si bien que le coup d’État est venu trop tard et était vain», a indiqué M. Gorbatchev. Oui, il a payé le prix fort du changement, mais a eu également la satisfaction d’avoir atteint les objectifs visés…

Intéressant, n’est-ce pas? Ou plutôt, inspirant, pour qui se pique de management et de leadership. «Nous avons changé le monde. Je peux le dire, car si rien n’avait été entrepris chez nous, le monde ne serait pas tel qu’il est aujourd’hui. Et cela m’a été confirmé un jour par Frederik de Klerk, l’ancien chef d’État sud-africain qui a eu le Prix Nobel de la Paix : «Sans vous, sans la perestroïka, croyez-moi, l’apartheid serait encore en vigueur en Afrique du Sud. Vous nous avez montré que changer est toujours possible», m’a-t-il confié», a dit Mikhaïl Gorbatchev.

Pour finir sur une touche d'humour, je me permets de citer l’humoriste français Francis Blanche : «Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement»…

Découvrez mes précédents posts

Plus : Facebook | Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Le système fédéral de crédits compensatoires pour les GES est lancé

Selon les militants écologistes, tout cela n’est qu’un moyen de permettre aux industries de continuer de polluer.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...