Un truc ultrasimple pour ne plus jamais discriminer les femmes au travail

Publié le 10/01/2013 à 06:09, mis à jour le 10/01/2013 à 06:25

Un truc ultrasimple pour ne plus jamais discriminer les femmes au travail

Publié le 10/01/2013 à 06:09, mis à jour le 10/01/2013 à 06:25

La différence entre les sexes est sans cesse soulignée au bureau. Photo: DR

BLOGUE. Je vous vois d'ici en train de sourciller après avoir lu ce titre «accrocheur», et je vous entends penser très fort «Si c'était vraiment possible, ça se saurait». Vous doutez tellement que vous hésitez même à poursuivre la lecture de ce billet, en vous disant qu'il y a sûrement des trucs plus intéressants à lire ailleurs. Pas vrai? Et pourtant…

Découvrez mes précédents billets

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

Oui, et pourtant, c'est vrai! Incroyable, mais vrai. Il existe bel et bien un truc ultrasimple pour ne plus jamais discriminer les femmes au travail. J'ai bien dit «plus jamais».

Ce truc se trouve dans une étude remarquable, intitulée When performance trumps gender bias: Joint versus separate evaluation. Celle-ci est signée par deux professeurs de l'École John-Kennedy de Harvard (États-Unis) – Iris Bohnet, professeure de science politique, et Max Bazerman, professeur de gestion des affaires – ainsi que d'une étudiante, Alexandra van Geen. Elle montre qu'il y a moyen d'évaluer sans discriminer en fonction du sexe.

Ainsi, les trois chercheurs ont noté une chose curieuse : nombre d'études ont mis au jour le fait qu'au travail nous réagissons différemment lorsque nous sommes en présence d'un homme ou d'une femme, plus précisément en présence d'une personne de l'autre sexe que le nôtre – c'est plus fort que nous, impossible de l'éviter –, mais rares sont celles qui ont exploré les manières d'atténuer ce phénomène. Goldin & Rouse ont proposé en 2000 d'évaluer à l'aveugle les candidats à une embauche, ou encore Bagues & Essteve-Volart, en 2010, d'instaurer des quotas et de larges comités d'évaluation, mais de telles solutions ne semblent a priori guère réalistes, et leur efficacité, laisser à désirer.

Alors? Faut-il vivre avec cette discrimination permanente? Faut-il que ces dames se résignent et subissent durant toute leur vie professionnelle une domination masculine? Non, bien entendu. Et c'est pourquoi les trois chercheurs ont décidé de retrousser leurs manches pour s'attaquer de front au problème.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...