Rebellez-vous, tab...!

Publié le 14/01/2019 à 06:09

Rebellez-vous, tab...!

Publié le 14/01/2019 à 06:09

Oser la différence, voilà un premier pas rebelle... Photo: DR

Depuis que nous sommes tout petits, on nous a appris à nous tenir calmes, à montrer patte blanche, à être polis. Nous avons bien en tête qu’il est important de ne pas faire de vagues, de ne pas créer de tension avec autrui, de ne surtout pas déclencher de conflit. En toutes circonstances.


Bon. Mais je me permets de m’interroger : est-ce vraiment là la meilleure attitude à avoir au travail ? Je veux dire, la plus pertinente, la plus efficace, en ces temps de bouleversements incessants, oui, en ces temps où chaque entreprise se doit de rivaliser d’audace et d’inventivité pour espérer continuer de devancer la concurrence, ou à tout le moins pour perdurer dans les prochaines années ?


Ne serait-il peut-être pas bon de bousculer la routine ? D’oser changer des habitudes solidement ancrées ? De voir les choses autrement, en renversant certaines idées reçues ? Et ce, quitte à déranger certains, voire à se fâcher avec eux ?


Francesca Gino est professeure de gestion des affaires à la Harvard Business School. À la suite du lancement de son livre Rebel Talent : Why it pays to break the rules, at work and in life (HBR Press, 2018), elle a accordé une entrevue au magazine Rotman Management dans laquelle elle traite justement du sujet. À ses yeux, il est aujourd’hui vital de devenir un rebelle au travail, et même de cultiver la rebellion au sein de son organisation, sans quoi nous n’aurons guère d’avenir à court et moyen terme. Explication.


«Les rebelles ont mauvaise réputation, dit-elle. Nous les considérons généralement comme des personnes contrariantes, qui compliquent ce qui est simple et qui mettent le bazar là où il y a unanimité. Mais en vérité, les rebelles sont ceux qui changent vraiment la donne, grâce à leurs points de vue originaux. Et dans un univers socioéconomique qui exige de plus en plus d'innovation et de réinvention, ils sont clairement des acteurs-clés des nécessaires changements à venir.»


Mme Gino a étudié les rebelles depuis plus d’une décennie, dans des organisations du monde entier, que ce soit des boutiques de luxe aux restaurants les plus huppés de la planète, des chaînes de restauration rapide aux start-ups technologiques bardées de trophées pour leurs innovations. Et elle a ainsi découvert que ceux qui pratiquent la «déviance positive» au travail peuvent être, certes, «difficiles à gérer», mais sont incontournables pour les entreprises qui percent dans leurs marchés. Pourquoi ? Parce qu’ils apportent «passion, dynamisme, curiosité et créativité».


Ses travaux lui ont permis d’identifier cinq traits caractéristiques des «rebelles talentueux» :


– Nouveauté. Ils ont le désir de rechercher le défi et l’inédit.


– Curiosité. Ils ont l’impulsion que chacun de nous avait enfant, celle de sans cesse demander «pourquoi?».


– Perspective. Ils ont la capacité d’élargir constamment leur vision du monde, en cherchant à voir les choses d’angles toujours nouveaux.


– Diversité. Ils ont tendance à défier l’ordre établi et à embrasser la différence.


– Authenticité. Ils demeurent eux-mêmes, tout en étant ouverts et vulnérables à tout et à tous.


«La plupart des gens évitent les tensions et les conflits, alors que les rebelles les chérissent, dit la professeure de Harvard. Au lieu de demander «Que dois-je faire ici?» – en se basant sur ce qu'ils ont vu faire ou ce qu'ils ont fait auparavant – ils se demandent «Que puis-je faire ici?» Ils s’opposent ainsi au statu quo de manière constructive. D’ailleurs, j'ai constaté dans mes recherches que plus les gens expérimentent, plus ils se sentent satisfaits et stimulés de leur travail ; la stabilité, en revanche, n’apporte aucun de ces avantages.»


Tout le monde peut-il être un rebelle? «Absolument», considère Mme Gino. «J'ai découvert au fil du temps que briser les règles établies enrichissait chaque aspect de nos vies, explique-t-elle, sourire en coin. La plupart d'entre nous ne sont pas nés rebelles. Mais si vous êtes comme moi, après avoir essayé la vie rebelle, vous ne voudrez plus revenir en arrière.»


Il suffit, pour y parvenir, de faire siens les huit principes du rebelle talentueux :


1. Cherchez la nouveauté. Il est important de rompre avec la routine et de trouver l’inspiration dans des lieux improbables. Pour les dirigeants d’entreprise, cela peut revenir à confier aux employés des tâches inhabituelles, qui sortent de leur liste de tâches ; ce qui peut notamment se faire par l’entremise d’une mission à accomplir en-dehors de l’organisation (ex. : bénévolat,…).


2. Encouragez la dissidence constructive. Nous recherchons souvent les opinions les plus susceptibles de correspondre aux nôtres, mais les rebelles, eux, combattent ce réflexe, et trouvent le moyen de provoquer conflits et désaccords à même de mener à des solutions inusitées aux problèmes récurrents de l’entreprise.


3. Ouvrez les conversations, ne les fermez pas. Les rebelles brillent toujours par leur ouverture d’esprit, et savent, donc, se taire pour mieux écouter les autres afin de nouer une discussion constructive avec autrui. Ils ne posent pas de questions par lesquelles on peut répondre par un sec «oui» ou «non», mais commencent celles-ci par un «pourquoi» ou un «comment», qui appellent l’argumentation.


4. Soyez transparents. Les rebelles se concentrent sur leurs forces, ce qui ne les empêche pas d’être transparents quant à leurs faiblesses. Ils tiennent toujours compte des deux.


5. Apprenez tout, puis oubliez tout. Les rebelles qui volent de succès en succès maîtrisent les principes fondamentaux de leur secteur d’activités, mais ne sont jamais esclaves des règles.


6. Trouvez la liberté dans les contraintes. Trop de gens pensent qu’ils ne peuvent pas innover dans leur quotidien au travail parce que leur champ d’action est trop limité et trop rigide. Or, les rebelles trouvent souvent l'inspiration dans les contraintes : c’est à force de vouloir renverser les barrières qu’ils parviennent à innover ; sans barrière, ils n’arrivent à rien.


7. Transpirez et salissez-vous. Les rebelles aiment mettre la main à la pâte, et leurs employés les respectent pour cela.


8. Favorisez les accidents heureux. Les rebelles connaissent la valeur d'un heureux accident. Ils croient aux espaces de travail et aux équipes qui se pollinisent de manière croisée, et se rendent compte qu'une erreur peut permettre une avancée décisive.


«Bref, encourager le bon type de violation des règles, voilà ce que les dirigeants d’aujourd’hui doivent faire pour aider leurs organisations à s’adapter et à prospérer», résume Francesca Gino. Dont acte.


Un dernier point : vous considérez-vous d’ores et déjà comme un rebelle au travail ? Ou à tout le moins, pensez-vous en avoir l’âme d’un ? Pour le savoir, rien de mieux qu’un petit test, n’est-ce pas ? Je vous invite donc à cliquer de ce pas sur le lien suivant, qui vous permettra de savoir en quelques minutes si vous êtes bel et bien le James Dean ou la Natalie Wood de votre organisation : le test de Rebel Talent.


En passant, l’écrivain français Benoît Duteurtre a dit dans La Rebelle : «Être rebelle, c’est refuser l’idée que le monde est figé».


Découvrez mes précédents billets


Mon groupe LinkedIn


Ma page Facebook


Mon compte Twitter


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Trop de pression au travail? Voici une solution géniale!

21/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une astuce aussi simple qu'efficace signée Anders Indset, le «Platon rock'n'roll du management»...

Au Canada, les hommes gagnent 26% plus que les femmes!

20/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le pire, c'est qu'ils n'en ont même pas conscience. Pas plus que les cadres, selon une étude Léger-ADP.

Blogues similaires

8 idées pour que l'IA n'augmente pas les inégalités

22/03/2019 | Diane Bérard

BLOGUE.«Sommes-nous suffisamment sages collectivement pour utiliser ces outils technologiques puissants?»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...