Qu'est-ce qui vous motive le plus?

Publié le 28/02/2012 à 09:23, mis à jour le 01/03/2012 à 14:19

Qu'est-ce qui vous motive le plus?

Publié le 28/02/2012 à 09:23, mis à jour le 01/03/2012 à 14:19

Dans la première, il a été demandé à 150 internautes de participer à un jeu de réflexion permettant de gagner un bon d’achat chez Amazon. Chaque participant avait quatre minutes pour trouver le maximum de mots anglais à partir des sept lettres suivantes : A, D, E, R, S, T et W (note, il y en a 140 possibles). Toutefois, tous n’étaient pas dans les mêmes conditions de départ. Certains jouaient pour un montant fixe. D’autres, pour un montant variable : pour une partie d’entre eux, en fonction de leur performance; pour l’autre, leur performance permettait d’établir la récompense du prochain joueur, et leur propre performance avait été établie par «le participant précédent, Zach Burns, qui a trouvé 63 mots et vous a ainsi fait gagner d’office 12,60 dollars».

Résultats? Les plus performants ont été les participants qui oeuvraient pour autrui, ayant trouvé en moyenne 5 mots de plus que les autres. Oui, ceux-ci ont été plus efficaces que ceux qui étaient récompensés en fonction de leur performance personnelle! Surprenant, n’est-ce pas? La question saute dès lors à l’esprit : pourquoi ceux-là ont-ils travaillé plus fort que les autres, d’autant plus qu’ils n’avaient rien à gagner personnellement à agir de cette façon? D’où la deuxième expérience…

Cette fois-ci, 183 étudiants de Columbia ont dû s’atteler à la tâche fastidieuse de compter le nombre de 1 figurant dans d’interminables listes binaires (composées uniquement de 0 et de 1), en un temps limité. Le but était de s’approcher le plus possible du nombre exact de 1. Les conditions de départ ont été affinées, dans l’optique de déceler ce qui faisait que les plus altruistes étaient les plus performants. Et les deux chercheurs ont découvert que les participants ne faisaient preuve d’altruisme qu’à deux conditions complémentaires :

> S’ils savaient que le participant précédent avait travaillé pour eux;

> Et s’ils savaient que le candidat suivant – c’est-à-dire celui pour lequel ils oeuvraient – serait astreint, lui aussi, de travailler pour son prochain.

Pour en avoir le cœur net, les deux chercheurs ont décidé de renouveler l’expérience, auprès de 104 étudiants de l’University of Chicago. Avec une nuance : les participants rencontraient en personne celui ou celle pour qui ils oeuvraient, ou un intermédiaire (un des chercheurs). Et là, la rencontre face-à-face – tant avec l’autre participant qu’avec l’intermédiaire – a visiblement accru la motivation pour agir de manière altruiste.

Quelles leçons pratiques dégager de cette étude? J’en vois deux essentielles :

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Bob Dylan vend à Sony tout son catalogue de musique enregistrée

Mis à jour le 24/01/2022 | AFP

Cet accord couvre aussi les «droits des futures nouvelles sorties» de chansons.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...