Olivier Schmouker - Comment éviter de se faire piquer une idée géniale?

Publié le 27/05/2011 à 09:21, mis à jour le 27/05/2011 à 13:36

Olivier Schmouker - Comment éviter de se faire piquer une idée géniale?

Publié le 27/05/2011 à 09:21, mis à jour le 27/05/2011 à 13:36

Plusieurs scénarios peuvent se produire. Par exemple, vous parlez de votre idée à un collègue, mais celui-ci change d’employeur dans les semaines suivantes et part en emmenant avec lui votre idée. Vous la communiquez à quelqu’un dans un séminaire, et quelques jours plus tard, vous découvrez que cette personne l’a dévoilée en détails sur son blogue. Etc.

Certains prétendront que tout cela a peu de chances de se produire réellement, car des lois internationales existent pour protéger les inventions, qu’il est donc criminel de voler des idées, et que rares sont ceux qui vont prendre le risque de se retrouver en prison ou du moins de payer une lourde amende pour un tel vol. Ceux-là ajouteront que certaines entreprises vont jusqu’à faire signer à des employés et à des consultants externes des contrats de non-dévoilement des idées et des projets en cours, histoire de réduire davantage les risques de vol. Certes, c’est vrai, mais ces protections légales concernent essentiellement les inventions brevetées, pas les ébauches d’idées, qui est le cœur de notre sujet, soulignent les deux chercheurs dans leur étude.

MM. Hellmann et Perotti ont alors regardé de près différents cas de figure où un idéateur peut rencontrer un incubateur. Ils sont partis du principe que l’idéateur travaille pour une entreprise. L’incubateur, quant à lui, peut soit travailler pour la même entreprise, soit travailler pour une entreprise aux activités complémentaires (personne ne va parler de son idée directement à une entreprise concurrente!), soit ne pas travailler du tout dans le même secteur (et être, en fait, un consommateur des produits ou services de l’entreprise de l’idéateur).

Puis, ils ont effectué de savants calculs permettant d’évaluer les chances pour une idée de trouver un incubateur et celles de tomber sur un voleur, histoire d’identifier le meilleur scénario possible. Ils ont ainsi constaté que le mieux pour voir grandir une idée est de ne pas la cantonner à l’entreprise, car il est peu fréquent d’y dénicher l’incubateur idoine. Il faut la faire sortir des enceintes de l’entreprise, et par conséquent accepter de courir le risque de se la faire subtiliser par autrui.

Comment s’y prendre dès lors? Faut-il en parler à certains contacts que l’on a dans des entreprises complémentaires? À des experts reconnus qui promettront de garder le secret jusque dans leur tombe? Carrément à une communauté de consommateurs passionnés par ce type d’idées, par exemple à certaines communautés d’internautes qui ne demandent pas mieux de collaborer gratuitement à votre projet? La réponse à toutes ces interrogations, selon les deux chercheurs : changez de perspective!

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...