Les trois lois fondamentales de la créativité

Publié le 22/10/2014 à 06:09

Les trois lois fondamentales de la créativité

Publié le 22/10/2014 à 06:09

Ce n'est pas tout. Cette même personne ne peut pas se contenter du rôle de psychanalyste, il lui faut également agir en tant qu'arbitre. «Cette personne doit être tout le temps présente, elle doit dompter la bête afin d'éviter les débordements, elle doit poser les questions qui dérangent, elle doit faire des commentaires judicieux et elle doit s'assurer que personne ne change de cible en cours de route. Elle doit se comporter en arbitre, soit en gardien des valeurs et des règles», ajoute-t-il.

Le leader doit donc être à la fois un psychanalyste et un arbitre. Pas facile, certes, mais pas impossible non plus. On pourrait en effet croire que ces deux rôles sont contradictoires, l'un devant grosso modo se montrer passif et l'autre actif. Mais c'est plus subtil que ça : on peut combiner les deux si l'on se perçoit comme un facilitateur.

Un facilitateur? Il s'agit d'une personne qui, au lieu de dire aux uns et aux autres ce qu'ils doivent faire et comment le faire, va vers chacun avec une rengaine : «Que puis-je faire qui te permettrait d'atteindre le but que tu vises?». C'est quelqu'un qui, le plus simplement du monde, se met au service des autres, sans aucune attente de retour. Mais un serviteur intelligent, en ce sens qu'il ne se contente pas d'obéir : il s'attache à trouver la meilleure façon de venir en aide à chacun, et mieux, de contribuer à son épanouissement.

Voilà. Si vous respectez scrupuleusement ces trois lois, les idées neuves devraient se mettre à fleurir tout autour de vous sans tarder. Isaac Asimov en était convaincu. Et il semble bien que l'Histoire lui ait donné raison…

Ainsi, les chercheurs de l'ARA ont planché, à l'époque, sur «un bouclier antimissile recourant, entre autres, à l'antigravité, à l'antimatière et à des armes à radiation qui serait fonctionnel dans les années 1970 ou 1980». Oui, ils pensaient le plus sérieusement du monde recourir à des inventions de science-fiction, comme des champs de force antigravitationnels et des rayons lasers destructeurs, pour empêcher tout missile étranger de frapper le sol américain. Le but initial n'a certes pas été atteint, mais les avancées scientifiques qui en ont découlé plus ou moins directement ont été renversantes. Dans les années 1980, le président Reagan a lancé le programme d'Initiative de défense stratégique (IDS), dit Guerre des étoiles : il s'agissait d'empêcher toute frappe russe à l'aide de satellites dotés de lasers. Ce programme n'a jamais vu le jour, car l'URSS s'est effondrée peu de temps après, mais il était le signe que les travaux des chercheurs de l'ARA avaient bel et bien porté fruits.

En passant, la première dame des États-Unis Eleanor Roosevelt aimait à dire : «Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves».

Découvrez mes précédents billets

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...