Les bienfaits incroyables, mais véridiques, de... la routine!

Publié le 12/01/2016 à 06:09

Les bienfaits incroyables, mais véridiques, de... la routine!

Publié le 12/01/2016 à 06:09

Qu'est-ce à dire? «Que la routine entraîne une certaine inertie de l'information circulant au sein de la structure de connexions, et que cette inertie permet justement à l'ensemble de l'organisation de réaliser que ça "coince" ici et là. Du coup, il lui devient possible de corriger le tir très vite, et finalement d'accélérer le processus entrepris, sans avoir à attendre, par exemple, un lointain post-mortem pour cela», expliquent-ils dans leur étude. Bref, la routine ralentit le changement là où elle est bien implantée, mais elle permet du même coup au changement d'évoluer à la vitesse V - c'est-à-dire, si vous préférez, d'emprunter de nouveaux visages, plus séduisants, ou encore de nouvelles voies - pour lui permettre de se généraliser à l'ensemble de la structure de connexions.

«La routine est un frein local, c'est vrai, mais elle est aussi, et surtout, un catalyseur du changement. En ce sens que l'inertie qu'elle entraîne peut contribuer au succès du changement entrepris, en donnant à celui-ci la possibilité de s'améliorer et de s'étendre en cours de route», résument-ils.

Fascinant, n'est-ce pas? Qui d'entre nous aurait dit que la routine pouvait avoir du bon dès lors qu'on pense changement? Soyons honnêtes, personne, ou presque. Et pourtant, c'est bel et bien le cas.

Bon. Que retenir de tout ça, à présent? Ceci, à mon avis :

> Qui entend entreprendre un changement organisationnel se doit de miser sur... les habitudes routinières des uns et des autres! Il lui faut non pas chercher à casser ainsi la routine des personnes concernées, en les considérant comme des barrages qu'il faut faire exploser pour pouvoir aller là où l'on veut se rendre, mais tenter plutôt de de se servir de l'inertie induite de la routine pour améliorer les changements entrepris en cours de route. Car une telle souplesse dans l'exécution est un gage de réussite.

En passant, l'homme d'État britannique Winston Churchill aimait à dire : «Pour s'améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent».

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Mon groupe Facebook

Mon compte Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...