Le big data est-il aujourd'hui incontournable pour recruter?

Publié le 11/01/2016 à 06:06

Le big data est-il aujourd'hui incontournable pour recruter?

Publié le 11/01/2016 à 06:06

Il y a moyen d'arrêter de voir les talents vous filer sous le nez... Photo: DR

Avez-vous noté, comme moi, combien les employeurs s'arrachent les cheveux, de nos jours? Et même par poignées, tant ils sont anxieux, pour ne pas dire paniqués. Pourquoi? Pour une raison effroyablement simple : ils n'arrivent plus à recruter.


Ce n'est pas tant que les perles se font de plus en plus rares, démographie oblige - les millénniaux qui arrivent sur le marché de l'emploi sont nettement moins nombreux que les baby-boomers qui en partent -, que les nouvelles recrues restent de moins en moins en place. En effet, il est de plus en plus fréquent de voir les nouveaux embauchés prendre la poudre d'escampette dans les semaines qui suivent leur arrivée, histoire de voir si l'herbe est bel et bien plus verte ailleurs. Pas vrai?


Découvrez mes précédents billets


Mon groupe LinkedIn


Mon groupe Facebook


Mon compte Twitter


La question saute aux yeux : comment se fait-il que les petits nouveaux réagissent de la sorte? Et ce, aussi systématiquement? Bon, nous avons tous entendu dire que c'est juste parce que les millénniaux sont comme ça, que «c'est dans leur ADN», et qu'ils finiront bien par se poser, un jour ou l'autre. Le hic, c'est que rien n'est plus faux!


Vous voulez connaître la vérité? Vraiment? Parfait. je vais vous la donner, mais en vous demandant auparavant de vous asseoir De bien vous asseoir, car vous risquez de tomber à la renverse.


C'est fait? OK. Voici l'explication : les nouvelles recrues prennent la fuite parce que... vous ne savez pas recruter! Désolé de vous l'apprendre, mais le tort n'est pas de leur côté, mais du vôtre. De vos managers. De vos RH. Ni plus ni moins.


Fort heureusement, j'ai une bonne nouvelle pour vous : il y a moyen de corriger le tir. Un moyen mis au jour par une étude fascinante, intitulée Discretion in hiring et signée par : Mitchell Hoffman, professeur de management à l'École de management Rotman, à Toronto (Canada); Lisa Kahn, professeure d'économie à l'Université Yale, à New Haven (États-Unis); et Danielle Li, professeure de gestion des affaires à la Harvard Business School, à Boston (États-Unis). Voici de quoi il s'agit...

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

McGill veut former plus de professionnels en analyse des données

10/01/2018 | Denis Lalonde

L'Université McGill lance deux certificats de perfectionnement professionnel en science des données.

Utiliser les données, oui, mais pourquoi ?

Édition du 11 Novembre 2017 | Les Affaires

Les entreprises qui utilisent correctement leurs données peuvent en tirer de précieux avantages, soutient une étude ...

Blogues similaires

8 idées pour que l'IA n'augmente pas les inégalités

22/03/2019 | Diane Bérard

BLOGUE.«Sommes-nous suffisamment sages collectivement pour utiliser ces outils technologiques puissants?»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...