L'insoupçonnable aspect négatif du télétravail

Publié le 07/10/2020 à 08:00

L'insoupçonnable aspect négatif du télétravail

Publié le 07/10/2020 à 08:00

L'ennui, c'est le bruit... (Photo: Scott Umstdattd pour Unsplash)

BLOGUE. En France, 1 télétravailleur sur 2 (53%) dit «être gêné par le bruit et les nuisances sonores», selon un sondage Ifop. Cette proportion est particulièrement élevée - 66% - chez ceux qui font partiellement du télétravail (2 ou 3 jours par semaine).

Que sont ces bruits et autres nuisances sonores, au juste? Ce sont surtout les conversations téléphoniques des personnes installées aux alentours (ex.: le ou la conjointe qui télétravaille également, les enfants confinés, etc.): 41% des personnes concernées estiment que c’est là la source principale de nuisance sonore alors qu’habituellement, au bureau, le même pourcentage n’est que de 29%.

Suivent les bruits extérieurs (ex.: les voitures qui passent dans la rue, les travaux des voisins, etc.) ainsi que les interactions personnelles environnantes (ex.: un proche qui regarde la télévision, un ado qui écoute de la musique sans casque, etc.).

Résultat? De l’aveu-même des personnes concernées, ce tintamarre a un impact direct sur leur «comportement» (ex.: irritabilité, etc.) et sur la «qualité de (leur) travail» (ex.: baisse sensible de la productivité, etc.). Autre impact significatif : le bruit est parfois si dérangeant que 65% des personnes concernées ne saisissent pas bien ce que leur disent leurs interlocuteurs à ce moment-là (ex.: lors d’une réunion Zoom ou Teams, etc.).

La parade? Hum… L’idée du gros tape gris sur la bouche des importuns, oubliez ça, ce n’est pas une bonne solution! En vérité, cela peut plutôt consister à s’équiper d’un casque antibruit (comme ceux que portent les travailleurs sur les chantiers), ou encore à trouver le moyen, quand cela est possible, de s’isoler des autres lorsqu’on télétravaille (ex.: ne plus s’installer dans la cuisine, mais dans un coin retiré de son logement; insonoriser la porte de son bureau; etc.). Autant de petits changements qui, mine de rien, sont susceptibles de faire toute une différence dans le quotidien des télétravailleurs…

En passant, l’écrivain français Honoré de Balzac aimait à lancer: «Quoi de plus complet que le silence?»

*****

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

 

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

1 Québécois sur 2 veut vraiment changer d'employeur

22/10/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Ils l'envisagent «sérieusement», disent-ils. Car ils ressentent un horrible sentiment d'isolement...

2 Canadiens sur 5 n'ont plus le moral au travail

15/10/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le coup est particulièrement dur pour ceux qui ont dû arrêter le télétravail, selon une étude...

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...