Jusqu'où pouvez-vous faire preuve de transparence?

Publié le 09/04/2014 à 06:09

Jusqu'où pouvez-vous faire preuve de transparence?

Publié le 09/04/2014 à 06:09

Trop de transparence mène à l'invisible... Photo: DR

«Je m'engage à diriger un gouvernement responsable, intègre et transparent». Tels ont été les mots de Philippe Couillard, lundi soir, à Saint-Félicien, au moment de sa victoire à l'élection provinciale du Québec. "Responsable", c'est bien le minimum que l'on puisse demander d'un gouvernement, quel qu'il soit. "Intègre", même chose : un premier ministre encourrait la prison s'il ne l'était pas. Mais "transparent", là, ça m'a écorché l'oreille quand je l'ai entendu dire ça.

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Twitter

Mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

Pourquoi? Parce que nous savons tous qu'on ne peut pas tout dire à autrui, qu'on ne gagne rien à se montrer transparent, ou plus précisément trop transparent. Par exemple, vous imaginez-vous en train de dire ses quatre vérités à votre boss? Ou inversement, un manager en train de dire franchement à un employé ce qu'il pense de lui? On assisterait dès lors au bureau à d'innombrables explosions de mini-bombes nucléaires.

En conférence de presse, le nouveau premier ministre du Québec a réitéré mardi sa profession de foi. Oui, il veut faire preuve de transparence. Oui, il tient à «rétablir le lien de confiance entre les citoyens et le gouvernement» en divulguant à présent nombre d'informations habituellement occultées, «comme le détail des contrats ministériels accordés aux consultants».

La question saute aux yeux : s'agit-il là d'une bonne ou d'une mauvaise idée? Autrement dit, est-ce que plus de transparence rime nécessairement avec plus de confiance?

Une étude permet de le savoir. Intitulée Optimal news management, elle est signée par Boris Ginzburg, chercheur en économie à l'University College de Londres (Grande-Bretagne). Et la réponse apportée me paraît fascinante…

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Les ventes de véhicules automobiles ont reculé de 13% en avril au Canada

140 785 véhicules légers neufs ont été vendus en avril, soit à peine plus que les 140 460 vendus en mars.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...