Être irrationnel peut-il avoir du bon?

Publié le 23/05/2012 à 09:19, mis à jour le 24/05/2012 à 13:29

Être irrationnel peut-il avoir du bon?

Publié le 23/05/2012 à 09:19, mis à jour le 24/05/2012 à 13:29

Renversant, n'est-ce pas? Les personnes qui attachent une réelle importance aux jeux de loterie, aux horoscopes et autres cartomanciennes ne font que s'enfoncer dans leur malheur ; elles sont les moins «performantes» de toutes. Tandis que celles qui croient en l'influence des esprits et autres phénomènes surnaturels sur leur vie sont en général moins anxieuses que les autres, même si cela ne les rend pas plus riches sur le plan financier pour autant.

Comment expliquer cela? Vraisemblablement par le fait que le paranormal semble les rendre plus sereines face aux incertitudes de la vie, comme si s'en remettre à des esprits permettait de se décharger d'un lourd fardeau psychologique. Prenons un exemple, le feng shui… Cet art asiatique a pour but d'harmoniser l'énergie d'un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants. On peut le considérer comme une forme de croyance dans le paranormal, car il ne repose pas sur des faits scientifiquement prouvés. Son intérêt, du moins sur le plan psychologique, est qu'il peut grandement faciliter la vie d'un commerçant, en ce sens qu'il est moins lourd de considérer que le succès – ou l'échec – de sa boutique ne repose pas sur ses seules épaules, mais aussi sur les forces surnaturelles entourant celle-ci…

Maintenant, quelles implications tout cela peut-il avoir sur votre carrière, ou disons sur votre performance au travail? Plusieurs, bien entendu, mais je me permets d'en souligner une… Tout leader qui se respecte devrait, à mon avis, ne pas trop considérer les membres de son équipe comme des êtres humains purement rationnels, qui cherchent avant tout leur petite satisfaction personnelle et qui considèrent que le mieux pour eux est de tirer profit de la puissance du groupe. Car personne n'est véritablement un homo oeconomicus. Il devrait, en vérité, les regarder comme des personnes qui agissent parfois de manière irrationnelle, et surtout savoir que cela n'est pas pour autant dommageable pour elles, ni pour l'équipe! Bien au contraire, il y a moyen d'en tirer partie pour accroître la joie de vivre au bureau, ou à tout le moins diminuer l'anxiété de certains ou même de plusieurs. On peut imaginer, entre autres, qu'il peut être bon pour l'équipe de ne pas lui faire porter tout le fardeau de la responsabilité d'un projet en cours, en soulignant que des «forces externes» jouent aussi un rôle dans le succès ou l'échec de celui-ci…

Par ailleurs, peut-être conviendrait-il d'accorder une attention particulière à ceux qui jouent régulièrement au loto, voire qui organisent des groupes de jeux de loterie au bureau. Pourquoi? Eh bien, parce qu'il y a là un message inconscient qui est peut-être adressé à l'équipe de direction : la satisfaction au travail de ces employés n'est pas optimale, et ils s'en remettent à leur «bonne étoile» pour rêver un peu. Et ce, comme l'indique l'étude, au détriment de leur performance…

En passant, Michaël Gelb, l'auteur notamment de How to think like Leonardo da Vinci, a déjà dit : «Un trop plein de sérieux est signe de médiocrité. Les personnes réellement maîtres de leurs performances ont assez d'assurance pour être déridées»…

Découvrez mes précédents posts

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...