Êtes-vous un monstre ou une souris?

Publié le 09/03/2015 à 09:09

Êtes-vous un monstre ou une souris?

Publié le 09/03/2015 à 09:09

«Mon comportement – le pied sur la ligne de départ, toujours prêt à y aller de mon commentaire, et à avoir raison – m’empêchait d’écouter. Je ratais ce qui se passait [autour de moi]. J’étais plutôt absorbé par mes propres idées et par ce que j’avais à dire. Depuis, j’ai consacré beaucoup de temps à apprendre à écouter et à surtout entendre.

«J’ai ainsi appris une grande leçon. À savoir que les meilleures idées ne viennent pas toujours des coins les plus bruyants, ni des voix les plus fortes. Ce n’est pas parce que je crie le premier ou le plus fort que mes idées sont meilleures, et mon imagination plus vaste. Il est précieux d’écouter et de donner aux idées une chance d’exister et de germer.

«L’extraverti parle et pompe tout l’oxygène de la pièce, c’est dans sa nature. Essayez donc de retenir votre langue pendant une minute, et d’écouter. Dans mon cas, c’est quelque chose qui me demande encore aujourd’hui un effort, mais j’y arrive de mieux en mieux.»

Êtes-vous une souris ?

«Dans son livre Quiet : The power of introverts in a world that can’t stop talking, Susan Cain évoque la force et le pouvoir que donne le silence. Les introvertis ont besoin d’un ensemble de circonstances différentes pour être à l’aise et productifs dans le monde de l’extraversion qui les entoure.

«Selon [l’ex-avocate américaine], les introvertis sont «des personnes qui peuvent avoir une grande aisance sociale et apprécier les dîners ainsi que les réunions professionnelles, mais qui assez vite n’ont qu’une envie, rentrer chez eux. Elles préfèrent réserver leur énergie à leurs proches, à leurs amis et à leurs collègues. Elles écoutent plus qu’elles ne parlent, réfléchissent avant d’intervenir, et ont souvent l’impression de s’exprimer plus librement par écrit. Elles n’aiment généralement pas le conflit. Et fort souvent, elles détestent les conversations futiles et recherchent les discussions profondes».

«Or, dans bien des disciplines créatives, le pouvoir de l’écoute donne aux introvertis un avantage concurrentiel indéniable. Car ceux-ci savent intuitivement écouter et observer, ce qui leur donne l’occasion de déceler et de rassembler les idées de leur entourage. De fait, vous voyez davantage ce qui se passe sous vos yeux lorsque vous n’essayez pas d’être le centre de l’attention. Susan Cain enchaîne : «Ne croyez pas que l’introversion est une maladie à guérir. Restez fidèle à votre nature, [si vous êtes vous-même quelqu’un d’introverti]. Si vous aimez faire les choses de façon lente et régulière, ne vous laissez pas déstabiliser par l’impression qu’il vous faut absolument courir. Idem, si vous aimez la profondeur, ne vous obligez pas à chercher de l’ampleur. Et si vous préférez accomplir tâcha après tâche, continuez de résister au multitâche si en vogue de nos jours. Le fait d’être relativement indifférent aux pressions en tous genres vous donne l’incalculable pouvoir de procéder à votre guise.»

«L’envers de la médaille, c’est que lorsque les bonnes conditions ne sont pas réunies, l’introverti risque de sombrer dans une timidité douloureuse et pétrifiante. Ce qui se produit fort souvent lorsqu’il s’agit de brasser des idées neuves, la créativité n’ayant rien à fiche des «conditions parfaites». L’introverti devient dès lors une petite souris, effarouchée d’un rien.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...