Et si vous recrutiez une superstar...

Publié le 21/02/2014 à 06:09

Et si vous recrutiez une superstar...

Publié le 21/02/2014 à 06:09

> Un effet positif immédiat. L'annonce de la nomination d'un PDG superstar se traduit aussitôt par un bond de la valeur du titre boursier de l'entreprise.

> Un effet positif qui perdure un an. Le titre boursier des entreprises dirigées par un PDG superstar s'apprécient nettement plus que celui des autres. Et ce, pendant un an. Après, l'effet s'estompe pour finir par disparaître complètement.

> Plus productives. Les entreprises dirigées par un PDG superstar affichent une meilleure productivité que les autres, du moins pendant la période de temps où celui-ci est à leur tête.

> Un coût plus élevé. Les PDG superstars gagnent nettement plus que les autres. Ce qui n'est pas, bien entendu, une surprise. Ils touchent en effet des primes à la performance plus élevées ainsi que davantage d'options sur titres (stock options, en anglais).

«Nous résultats montrent sans l'ombre d'un doute que les entreprises ont tout intérêt à embaucher un PDG superstar. Car celles-ci enregistrent une meilleure performance en Bourse et deviennent globalement plus performantes. Et ce, même s'il en coûte plus cher de rémunérer un tel PDG», disent les trois chercheurs dans leur étude.

Voilà. À vous de voir, maintenant, si vous êtes prêts à mettre le prix pour connaître un succès retentissant. Ou pas.

En passant, le moraliste français Chamfort disait : «L'estime vaut mieux que la célébrité, la considération vaut mieux que la renommée».

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Facebook et sur Twitter

Mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

 

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Pierre Beaudoin défend Bombardier face aux fournisseurs qui poursuivent l'entreprise

Cormer réclame 12,4 M$ avec intérêts de Bombardier en compensation pour l'abandon du projet Learjet 85.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...