Et si vous portiez des sneakers rouges au travail...

Publié le 13/02/2014 à 07:11

Et si vous portiez des sneakers rouges au travail...

Publié le 13/02/2014 à 07:11

Un look qui impressionne plus qu'il ne surprend... Photo: DR

Au travail, nous avons tous le même réflexe : dès lors que nous intégrons une nouvelle équipe, voire un nouveau milieu de travail, nous avons tendance à nous fondre dans le moule. Oui, nous faisons tout pour faire partie intégrante de l'équipe, pour montrer qu'on est l'un d'eux, pour se faire accepter de tous. Mais voilà, avons-nous raison d'agir de la sorte?

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Facebook et sur Twitter

Mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

Et si vous tentiez plutôt de vous démarquer des autres… Et si vous n'aviez plus peur d'afficher votre différence… Et si vous aviez le cran de montrer clairement aux autres tout ce que vous pouvez leur apporter de nouveau, pour ne pas dire d'inédit, ou même d'exceptionnel… Bref, et si vous osiez enfin être anticonformiste…

J'imagine d'ici votre réaction : «Non, mais ça va pas! Si je faisais un truc pareil, je me ferais détester, je me ferais rejeter, je me ferais peut-être même virer. Les petits rigolos qui se croient supérieurs aux autres, c'est toujours ce qui leur arrive. Non merci, très peu pour moi. Je tiens à ma job». Est-ce que je me trompe? Je ne pense pas.

Le plus beau, c'est que je peux vous dire que vous vous trompez. Lourdement. Car j'ai mis la main sur une étude fantastique sur ce sujet, intitulée The red sneakers effect: Inferring status and competence from signals of nonconformity. Celle-ci est signée par deux professeures de Harvard (États-Unis) : Francesca Gino, en gestion des affaires; et Anat Keinan, en marketing, assistée de son étudiante Silvia Bellezza. Et elle montre qu'être anticonformiste comporte des bienfaits insoupçonnés…

Les trois chercheuses de Harvard ont voulu savoir ce qui arrivait aux personnes qui ne respectaient pas les normes et l'étiquette dans le milieu dans lequel ils évoluaient, et en particulier sur le lieu de travail. Pour ce faire, elles ont procédé à cinq expériences, dont je vais vous décrire les deux premières.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Travail des jeunes: Boulet veut «la législation la plus moderne»

Le ministre a rappelé qu’il existe des règles et des normes touchant le travail des jeunes.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...