Et si vous deveniez chevaleresque au bureau...

Publié le 26/11/2015 à 06:11

Et si vous deveniez chevaleresque au bureau...

Publié le 26/11/2015 à 06:11

«Le sauvetage de Trelawny a été accompli à merveille, grâce à un habile stratagème de Grand-père. Hélas, un soir que nous revenions victorieux d'une âpre bataille, alors que le soleil se couchait sur la rivière Sedgemoor, un peu au sud de la Pierre de l'Enfer, une flèche est entrée dans la nuque du courageux Roan et a traversé son cou. C'est à ce moment-là que j'ai saisi combien ma jalousie était une idiotie.

«J'ai poursuivi mon entraînement à l'épée. J'ai continué de monter de mieux en mieux à cheval. J'ai regagné le coeur de ma dulcinée. Néanmoins, chaque jour, chaque heure, Roan me manquait. J'ai fini par comprendre que son excellence n'était en rien humiliante pour moi. Celle-ci n'avait fait, en vérité, que me motiver à devenir meilleur encore, mais je ne m'en étais pas alors rendu compte, aveuglé que j'étais par la jalousie. Bref, sa mort était la pire des leçons pour moi. À chaque instant je le revoyais, cherchant son souffle, la flèche fatidique fichée dans sa gorge, agonisant dans la lumière mordorée de Sedgemoor.

«J'ai appris que la pluie tombe équitablement sur toute chose. La jalousie, la peur, la colère sont des embûches sur le chemin principal du chevalier, celui qui mène à la clarté d'esprit. Tout écuyer digne de ce nom se doit de viser la plus grande ouverture d'esprit possible, de telle sorte que son instinct le guide et lui permette d'agir de manière juste et spontanée. Il lui faut ainsi comprendre que nos talents ne sont rien d'autre que des dons, et donc, qu'il convient d'être humble dans chacun de ses actes. Et mieux, il lui faut apprendre à apprécier les talents des autres comme autant d'expressions inestimables de la Bonté qui nous environne tous ; ce qu'il est possible d'accomplir pourvu qu'on mette fin à cette fâcheuse tendance que nous avons de nous comparer aux autres, attitude qui ne peut que susciter en nous vanité et amertume.»

Et Ethan Hawke de résumer sa pensée comme suit :

«Chacun de nous a son propre cheminement. Nous sommes nés en un temps spécifique, en un lieu spécifique, et nos défis sont uniques. Mais en tant que chevaliers, il nous faut comprendre et respecter ce qui nous distingue les uns des autres. Et aller plus loin encore, en trouvant le moyen d'en tirer une puissance collective incroyable. Comment? Par les bienfaits sous-estimés de la coopération. Nous nous devons de vivre et travailler ensemble comme des frères, sans quoi nous périrons comme de pauvres hères.»

Voilà. Tout est dit dans cette splendide dernière phrase. Elle résume à elle seule le propos de Sir Thomas Lemuel Hawke, qui montre bien ce que l'on rate à force de se méfier d'autrui, surtout lorsqu'on le considère comme un rival.

Ceux qui connaissent bien Ethan Hawke auront peut-être décelé dans cette fable sur la collaboration une allusion à une douleur toujours vive en lui. Laquelle? Son amitié avec l'acteur américain River Phoenix, née en 1985 lors de leur participation au film Explorers de Joe Dante, alors qu'ils n'étaient que deux adolescents. Il adorait travailler avec lui, mais en même temps, il était consumé par la jalousie, tant il le trouvait talentueux. Et un jour de 1993, River Phoenix est mort brutalement. «Ça a été un choc effroyable pour moi. Ça m'a fait comprendre combien j'avais perdu de temps à jalouser des êtres exceptionnels comme lui au lieu de voir la chance que j'avais de les côtoyer, et même d'être leur ami. Tout ça à cause d'émotions mesquines qui me gâchaient la vie», a-t-il récemment confié au quotidien américain The San Francisco Chronicle.

Sur ce, je vous laisse méditer tout cela. Et découvrir par vous-mêmes les "émotions mesquines" qui vous pourrissent la vie, en particulier au travail. Pour finir par vous inviter à vous plonger sans tarder dans Rules for a knight.

En passant, le philosophe français Jean Guitton a dit dans Mon Testament philosophique : «Tout lien particulier manque de profondeur s'il n'est ouvert à l'amitié universelle».

Découvrez mes précédents billets

Mon tout nouveau groupe LinkedIn

Mon groupe Facebook

Mon compte Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Travail des jeunes: Boulet veut «la législation la plus moderne»

Le ministre a rappelé qu’il existe des règles et des normes touchant le travail des jeunes.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...