Employeurs, conciliez travail et famille, ou perdez des talents!

Publié le 22/06/2020 à 11:00

Employeurs, conciliez travail et famille, ou perdez des talents!

Publié le 22/06/2020 à 11:00

Travailler à la maison est plein d'imprévus... (Ph.: Charles Deluvio/Unsplash)

BLOGUE. L’heure est à la relance économique, mais il est clair que la donne a changé. Un exemple frappant est celui de la conciliation travail-famille, qui est devenue une priorité pour les employés : au Québec, 1 employé sur 2 (53%) se disent prêts à changer d’employeur si jamais un autre leur proposait une plus grande souplesse pour combiner les exigences au travail et celles à la maison, selon un sondage mené par Léger pour le compte du Réseau pour un Québec Famille.

Ainsi, la «mise sur pause» de l’économie décrétée en mars par le premier ministre François Legault à la suite de la pandémie du nouveau coronavirus a eu pour effet d’amener nombre de travailleurs à poursuivre leurs activités depuis chez eux, à découvrir les joies et les affres du télétravail. Un expérience qui n’a pas été au goût de tous, si l’on en croit les données du sondage:

· 38% des nouveaux télétravailleurs ont trouvé difficile de concilier famille et travail pendant le confinement;

· 43% se plaignent d’avoir eu une charge de travail augmentée;

· 60% avouent avoir éprouvé une baisse de productivité;

· 60% ont trouvé difficile de s’adapter aux mesures de confinement;

· 59% ont trouvé difficile d’encadrer les activités d’apprentissage à distance de leurs enfants d’âge scolaire;

· 61% ont trouvé difficile de faire des activités éducatives avec leurs enfants de moins de 5 ans.

Autrement dit, les deux tiers des télétravailleurs ont peiné à concilier travail et famille en période de confinement, et reconnaissent d’un même élan - sous le couvert de l’anonymat - que cela a nui directement à leur productivité.

Pis, cela a créé au plus profond d’eux-mêmes de toutes nouvelles inquiétudes:

· 54% se disent généralement inquiets face au déconfinement, et 44% à l’idée de reprendre leur activité professionnelle sur leur lieu de travail habituel;

· Parmi les motifs d’inquiétude figurent la crainte d’être contaminé (78%), la crainte de l’impact des mesures sanitaires sur les conditions de travail (53%) et la capacité à concilier travail et famille (34%).

D’où leur envie profonde d’être à même de mieux vivre leur quotidien à la maison comme au travail, à l’avenir:

· 46% croient que les mesures de conciliation travail-famille proposées par leur employeur devront être adaptées;

· 39% estiment qu’ils auront besoin d’accommodements plus fréquents au travail pour des raisons de conciliation travail-famille;

· Parmi les mesures souhaitées figurent : un horaire flexible (79%), avoir la possibilité de retourner rapidement à la maison en cas de besoin (77%), la possibilité d’interrompre le travail pour une certaine période si un événement survient (74%), la disponibilité d’un plus grand nombre de congés payés pour des motifs familiaux (73%), la possibilité de constituer une banque d’heures pour du temps accumulé (68%) et le maintien des possibilités de télétravail (66%).

Si jamais leur employeur actuel prêtait une attention réelle à tous ces souhaits, cela pourrait avoir un énorme impact, d’après les employés concernés:

· 87% affirment que cela aurait un impact important sur leur satisfaction au travail;

· 85% sur leur motivation au travail;

· 83% sur la perception générale qu’ils ont de leur employeur;

· 80% sur leur propension à rester plus longtemps à l’emploi de l’entreprise.

À noter que 31% des employés accepteraient carrément une réduction de salaire en échange de meilleures mesures de conciliation travail-famille.

«En tenant mieux compte des besoins des familles en matière de conciliation travail-famille, les employeurs contribueront à créer de meilleures chances de sortir tous grandis de la période exceptionnelle que nous traversons», dit Marie Rhéaume, directrice générale du Réseau pour un Québec Famille, un regroupement de plus de 4.000 organisations du secteur famille présentes dans l’ensemble des régions du Québec.

*****

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Comment surmonter subtilement le trac au travail?

09/07/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Fort heureusement, le trac n'est pas une fatalité. Voici 6 astuces simples et efficaces pour y remédier...

4 astuces pour briller à un entretien d'embauche à distance

08/07/2020 | Olivier Schmouker

TÉLÉTRAVAIL. Nombre d'employeurs se remettent à recruter. Voici comment tirer aisément votre épingle du jeu.

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...