Employés, respirez! Microsoft supprime son outil Big Brother

Publié le 02/12/2020 à 07:00

Employés, respirez! Microsoft supprime son outil Big Brother

Publié le 02/12/2020 à 07:00

Un outil numérique digne de «Big Brother»... (Photo: Tadas Sar pour Unsplash)

BLOGUE. Hier, je vous révélais que Microsoft avait mis au point une nouvelle fonctionnalité, «Productivity Score», qui permet la surveillance à distance des employés par leur employeur. Un outil qui enregistre chaque fait et geste de chaque employé (ex.: la fréquence à laquelle un employé envoie des courriels, chaque fois qu’il contribue à un document partagé par son équipe, ou encore le nombre de fois où il a eu une participation active aux réunions virtuelles). Un outil qui présente quotidiennement au boss l’activité réelle de chacun sous la forme de 73 graphiques de performance. Bref, un outil digne de «Big Brother».

Or, c’est hier également que Microsoft a annoncé le retrait pur et simple de «Productivity Score»! Et ce, en raison du tollé déclenché par cette nouvelle fonctionnalité de Microsoft 365 Business.

«Vu les commentaires émis à propos de «Productivity Score», nous supprimons complètement de celle-ci la possibilité de suivre la performance individuelle des employés, a dit par voie de blogue Jared Spataro, le vice-président de Microsoft 365. À l’avenir, les mesures de cette fonctionnalité ne concerneront que l’ensemble de l’organisation concernée, les données étant présentées sur une période de temps de 28 jours. Elles permettront à la haute-direction d’avoir une idée juste de l’utilisation globale des fonctionnalités clés de Microsoft 365 (Word, Excel, Skype, Outlook et autres Teams).»

Autrement dit, Microsoft a reculé. Car son image en avait pris un méchant coup : des influenceurs tels que David Heinemeier Hansson, l’un des fondateurs de la suite bureautique Basecamp, avait carrément dit que la décision de Microsoft de lancer une telle fonctionnalité «dépassait l’entendement», car «surveiller à distance en permanence revenait à commettre un abus psychologique». Ni plus ni moins.

Comme quoi, dénoncer les abus est toujours la chose à faire. Surtout lorsqu’ils sont le fait de multinationales qui façonnent notre présent et notre futur…

En passant, l’écrivain français Antoine-François Le Bailly a dit dans ses Fables: «L’abus marche souvent auprès de la puissance».

PLUS: «Les Canadiens disent non à la surveillance du télétravail!»

*****

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…

Diriger avec la tête autant que le coeur

Édition du 24 Novembre 2021 | Marine Thomas

BILLET. Souligner le travail accompli pendant la pandémie par des dirigeants d’entreprise est plus essentiel que jamais.

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...