Confinés, voici comment trouver un sain équilibre de vie!

Publié le 30/03/2020 à 08:00

Confinés, voici comment trouver un sain équilibre de vie!

Publié le 30/03/2020 à 08:00

Isolement, heures de travail déréglées,... (Photo: Victoria Heath/Unsplash)

BLOGUE. Cela fait maintenant plus de deux semaines que, vous et moi, nous vivons en confinement. Barricadés chez nous. Collés 24h/24 à nos proches à l’intérieur, éloignés à plus de deux mètres de distance des inconnus croisés à l’extérieur.

Résultat? Vous comme moi, nous risquons de déjanter à force de ne plus avoir de rapport humain simple. C’est que nous sommes avant tout des animaux sociaux, c’est-dire des êtres vivants qui ont furieusement besoin d’être bien connectés aux autres, sans quoi nous nous mettons à souffrir. Trop proches des nôtres, nous avons la sensation que ceux-ci entrent dans notre bulle, et ça nous horripile; trop éloignés des autres, nous avons la sensation d’être isolés, perdus tout seuls dans notre bulle, et ça nous insupporte.

Bref, la nécessaire «distanciation sociale» est pour nous une véritable souffrance physique et psychique.

Comment corriger le tir? En passant de la «distanciation sociale» à la «solidarité expansive». Comme le suggère la psychologue américaine Elizabeth Markle dans un article paru dans le magazine Greater Good, une publication sur le mieux-être de l’Université de Californie à Berkeley.

La solidarité expansive? Il s’agit de faire le choix délibéré d’agir pour son mieux-être, et ce faisant, d’agir pour le mieux-être d’autrui. De se dire qu’il est grand temps de veiller à se faire du bien, le plus simplement du monde, ce qui passe par le fait de se montrer bienveillant envers les autres. Bref, de mieux se connecter à soi comme aux autres.

Comment vous y prendre, au juste? Les travaux et les expériences de vie de Mme Markle lui ont montré qu’il est possible d’y parvenir en appuyant chacun de nos faits et gestes sur quatre piliers: bouger, se nourrir, connecter & être.

1. Bouger

«Nos corps doivent bouger, dit-elle. Ils doivent s'étirer, se tordre, se plier, fonctionner, transpirer, quel que soit l’état de santé dans lequel on est. Qye ce soit dans les rues de votre quartier ou dans votre salon, il vous faut avoir une activité physique. Pas vraiment pour «rester en forme», mais plutôt pour maintenir sa santé immunitaire, et même sa santé mentale. L’idée, c’est de bouger activement au moins 20 minutes d’affilée par jour. Au besoin, vous pouvez le faire en suivant un tutoriel gratuit sur YouTube; d’ailleurs, certains sont conçus pour toute la famille en même temps, ce qui peut être drôle à faire tous ensemble.»

2. Se nourrir

«Je ne pense pas qu’il faille absolument s’interdire les petites friandises, surtout si elles vous procurent un peu de joie en cette période de turbulences émotionnelles, dit-elle. L’important, en vérité, c’est d’établir une régularité dans vos repas, et de veiller à chaque fois que ceux-ci soient sains et équilibrés. Ils doivent être composés d’aliments sains et nourrissants. Un truc pour s’y mettre, si jamais ce n’est pas une habitude pour vous, c’est de vous lancer dans de nouveaux plats, de nouvelles recettes pour vous. Et d’en faire une activité de famille, en incluant les enfants. Lancez-vous, c’est le moment!»

3. Connecter

«Ce point est essentiel. Je le souligne. Les êtres humains se doivent de se sentir connectés aux autres, sans quoi ils se mettent immanquablement à aller mal. Nous nous devons de nous sentir vus, entendus et compris par autrui, et de lui renvoyer la pareille.

«Le hic, c’est que cela est devenu particulièrement complexe. Un truc à cet égard consiste à inviter nos connaissances - amis, collègues, etc. - à se connecter à nous sur une base régulière, grâce au cellulaire ou à une vidéo. D’en faire de fréquents rendez-vous.

«Quand cela se produit, écoutez avec gentillesse. Posez des questions. Intéressez-vous vraiment. Vous verrez que les autres agiront automatiquement de la même façon envers vous. La bienveillance se diffusera d’elle-même à tout le monde. Pour le bienfait de chacun.»

4. Être

«Nous sommes tout le temps dans le «faire», jamais assez dans l’«être», dit Mme Markle. Voilà pourquoi il vous est nécessaire, surtout en période de confinement, de consacrer du temps juste à vous. Prenez une pause, pour un 15 minutes d’activité perso qui vous plaît, ou encore pour méditer. Ça fera le plus grand bien à votre système nerveux, à votre cerveau. Cela peut même consister à vous installer sur le sofa pour regarder un épisode de télésérie que vous aimez en secret, sans l’avoir jamais confié à personne. L’important est dès lors de vous faire du bien.»

Bon. Maintenant vous connaissez la recette d’un meilleur équilibre de vie lorsqu’on est contraint de vivre en confinement. À vous de vous y mettre sans tarder.

Par où commencer, vous dites-vous sûrement? Mme Markle invite à le découvrir en trois temps:

> Répondez aux questions suivantes: Parmi les quatre aspects de cette «prescription universelle», lesquels vous semblent d’ores et déjà une force que vous avez? Lesquels pensez-vous pouvoir intégrer sans effort dans le cadre de votre routine? Et lesquels pourraient nécessiter un peu plus d'attention, plus de pratique?

> Choisissez l’un des aspects qui vous semblent une force, puis concentrez-vous dessus en premier, en répertoriant les différents moments de la journée où il pourrait judicieusement intervenir. Et faites-le.

> Le jour suivant, ajoutez d’autres moments en lien avec un aspect un peu moins évident pour vous. Puis, le lendemain, poursuivez de la même façon, jusqu’au jour où vos journées seront remplies, ici et là, de moments propices à agir bénéfiquement pour les quatre piliers du bon équilibre de vie.

Et le tour sera joué! Vous aurez profité de votre période de confinement pour gagner en bien-être. Et ainsi acquérir une toute nouvelle qualité de vie.

En passant, le poète espagnol Gabriel Celaya a dit dans Et le reste est silence : «Les hommes ne sont ni dieux ni bêtes: ce sont les petits artisans d’un système et d’un bien-être».

PLUS : «Télétravailleurs, voici 10 autocollants pour vous automotiver!»

*****

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

La pandémie crée des remous dans les Hautes-Laurentides

Même si le taux de chômage a augmenté, les entreprises ont toujours beaucoup de difficultés à trouver des employés.

Vers un tout nouveau monde du travail?

22/09/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Employeurs comme employés doivent vite apprendre à travailler autrement, selon une étude de PwC...

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...