Comment faire coïncider les intérêts des employés et ceux de l'entreprise?

Publié le 23/09/2013 à 06:09, mis à jour le 23/09/2013 à 06:10

Comment faire coïncider les intérêts des employés et ceux de l'entreprise?

Publié le 23/09/2013 à 06:09, mis à jour le 23/09/2013 à 06:10

Donner un coup de main peut avoir un impact insoupçonnable... Photo: DR

BLOGUE. Soyons honnêtes, lorsque nous songeons à ce qui nous pousse à travailler, nous pensons avant tout à nos petits intérêts personnels. Nous pensons à notre carrière, à notre salaire, à notre souci d'exceller dans notre métier, etc. Et nous ne pensons pas franchement à l'avenir à long terme de l'entreprise pour laquelle nous travaillons.

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Facebook et sur Twitter

Pourquoi? Est-ce à dire que nous sommes des monstres d'égoïsme? N'y a-t-il que le fameux "Moi, moi, moi" qui compte à nos yeux? Non, bien entendu. La raison en est que la société dans laquelle nous évoluons est, c'est vrai, basée sur l'individualisme, mais surtout que la plupart des entreprises ont le réflexe de pousser à fond l'individu à voler de succès en succès : primes à la performance, évaluations personnelles, etc. C'est donc surtout une question de culture d'entreprise.

Petite interrogation insidieuse : que se passerait-il si une entreprise misait moins sur la performance individuelle et davantage sur celle de l'équipe? C'est ce que se sont demandé Ann Bartel, professeure de stratégie organisationnelle à Columbia (États-Unis), et Kathryn Shaw, professeure d'économie à Stanford (États-Unis), assistée de son étudiante Brianna Cardiff-Hicks.

Dans le cadre de leur étude intitulée Compensation matters: Incentives for multitasking in a law firm, elles se sont intéressé à un grand bureau d'avocats dont l'identité n'est pas dévoilée. Elles ont eu accès à toutes les informations liées à 431 employés, dont 131 leaders d'équipe, entre 2005 et 2010 : évolution de carrière, évaluations personnelles, primes obtenues, missions accomplies, etc. Et elles ont regardé les changements qu'a occasionné un changement radical de politique managériale survenu en juin 2007.

Que s'est-il passé ce mois-là? La haute-direction a fait entrer en vigueur un plan destiné à mieux aligner les intérêts personnels des leaders sur ceux de l'entreprise. Un plan révolutionnaire. La mesure adoptée était, somme toute, très simple :

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...