Comment éviter l'épuisement émotionnel au travail?

Publié le 19/03/2014 à 09:09

Comment éviter l'épuisement émotionnel au travail?

Publié le 19/03/2014 à 09:09

Entrer dans la peau d'un personnage peut aider... Photo: DR

Avez-vous déjà noté à quel point nos journées de travail étaient riches en émotions? Oui? Non? Pas vraiment? Vous ne savez pas trop, tant cela vous semble être une vérité de La Palice. Pourtant, croyez-moi, ça vaut vraiment la peine de le noter, et mieux, d'y réfléchir un peu.

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Facebook et sur Twitter

Mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

Tenez, quelle est la dernière fois que vous avez ressenti de la frustration au travail? Il y a cinq minutes? Dix? Trente? Et de la satisfaction? Moins d'une heure, peut-être? Les exemples sont à foison : ennui, colère, honte, joie, envie, tristesse, émerveillement, ou encore fierté. Vous comme moi, nous les ressentons toutes, jour après jour. Car elles se bousculent bel et bien au portillon.

Bon. Mais maintenant, on peut raisonnablement se demander si toutes ces émotions ont une incidence, ou pas, sur notre bien-être au travail. En effet, trop d'émotions, surtout si elles sont fortes, ça peut être éprouvant. Épuisant. Carrément exténuant.

C'est justement ce que j'ai découvert dans une étude intitulée The moderating effects of theatrical components on the relationship between emotional labor and emotional exhaustion. Celle-ci est le fruit du travail de Dong-Jenn Yang et Tsung-Kuang Ma, tous deux professeurs de management à l'Université I-Shou à Kaohsiung (Taïwan), assistés de leur étudiant Sheng-Hsiung Lee. Elle montre – tenez-vous bien ! – qu'elles peuvent nous mener à… l'épuisement émotionnel!

L'épuisement émotionnel? Il se produit lorsque nous nous sentons vidés nerveusement, lorsque nous ne vibrons plus, lorsque nous avons perdu toute motivation au travail. Dès lors, travailler devient une corvée. Et les autres (collègues, boss, clients, etc.) semblent ne vouloir qu'une chose : nous émouvoir tant et plus, jusqu'à nous pomper ce qui nous reste d'énergie. Cette forme d'épuisement s'accompagne, c'est évident, d'une immense frustration découlant du fait que nous avons conscience de ne plus arriver à être aussi productif qu'auparavant. Bref, c'est la voie royale vers le burnout.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...