Comment diminuer l'incivilité au bureau?

Publié le 08/06/2012 à 09:22, mis à jour le 11/06/2012 à 14:10

Comment diminuer l'incivilité au bureau?

Publié le 08/06/2012 à 09:22, mis à jour le 11/06/2012 à 14:10

Les ambitieux, une plaie? Photo : DR.

BLOGUE. C'est pas grand-chose, mais ça peut avoir de graves conséquences. Quoi? L'incivilité. C'est-à-dire ce collègue qui s'amuse sous cape de la tenue d'un autre, ce boss qui pousse des coups de gueule à la moindre contrariété, cette personne que vous ne connaissez pas qui se permet d'affirmer en pleine réunion que vous venez de dire une bêtise, ou encore ce simple juron sexiste qui semble fuser pour faire rire mais qui en réalité vise à blesser.

Découvrez mes précédents posts

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

L'ennui, c'est qu'on se retient bien souvent d'intervenir face à l'incivilité. On se contente de penser qu'on a affaire à «une gros con» ou à une «grosse connasse», et on ne dit rien… et surtout on ne se rend même pas compte que l'incivilité d'autrui nous rend nous-même incivile, par contagion (la preuve : on vient tout juste de traiter l'autre d'un nom déplaisant…).

L'air de rien, l'incivilité est une nuisance sournoise et redoutable :

> Elle diminue la productivité et la satisfaction au travail des employés (d'après les résultats d'une étude menée en 2000 par Pearson, Anderson et Porath);

> Elle représente souvent les prémisses de comportements plus agressifs ultérieurs, voire carrément d'actes de violence (Anderson et Pearson, 1999 ; Neuman et Baron, 1997 ; Pearson, Anderson et Porath, 2000).

Comme il vaut toujours mieux prévenir que guérir, il peut être intéressant de mieux comprendre comment fonctionne l'incivilité. Plus précisément, comment un individu peut en arriver à se montrer incivile au travail. Et par suite, identifier des moyens pour contrer cette tendance avant qu'elle ne puisse s'exprimer pleinement.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Le système fédéral de crédits compensatoires pour les GES est lancé

Selon les militants écologistes, tout cela n’est qu’un moyen de permettre aux industries de continuer de polluer.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...