Comment devenir un fabuleux pêcheur de perles rares?

Publié le 21/08/2017 à 06:06

Comment devenir un fabuleux pêcheur de perles rares?

Publié le 21/08/2017 à 06:06

Dénicher une perle rare, c'est avant tout une question de méthode... Photo: DR

J'ai eu la privilège d'assister à la conférence de Tom Williams lors du dernier StartupFest Montréal, qui s'est tenu en juillet au Vieux-Port de Montréal. Tom Williams? Il s'agit d'un Canadien qui mène avec brio deux carrières en parallèle, à San Francisco (États-Unis) : d'une part, il est le fondateur de BetterCompany, une communauté qui donne anonymement des conseils en matière de carrière, et d'autre part, il intervient en tant qu'ange financier auprès d'une trentaine de start-ups.

Autrement dit, Tom Williams est un champion de la pêche aux perles rares : il sait où les dénicher à coups sûrs et, surtout, comment les détacher subtilement des coquilles dans lesquelles elles sont cachées, pour ensuite les mettre dans sa poche.

L'objet de sa conférence? Vous l'avez sûrement deviné : «L'art de recruter les perles rares». Une conférence passionnante, car riche en précieux enseignements, comme vous allez vite vous en rendre compte...

Mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

«Recruter, c'est difficile. Et ça prend beaucoup de temps. Si bien que ça paraît pénible à certains. Mais il faut voir les choses autrement : recruter une perle rare, c'est un véritable défi, oui, un défi qui nécessite le déploiement de tous vos talents propres. Un défi, donc, tripant, mais à condition que vous changiez de mentalité et d'habitudes en matière de recrutement», a-t-il lancé d'emblée.

«Ce changement, a-t-il poursuivi, passe tout d'abord par l'acceptation de l'idée qu'il faut obligatoirement du temps pour dénicher une perle rare. Ce que j'ai réalisé le jour où un ami qui est agent immobilier m'a confié son secret pour trouver la maison parfaite : la règle du 100-10-1.

«Cette règle stipule qu'il convient de visiter 100 maisons et de faire 10 offres d'achat pour avoir toutes les chances de trouver la maison de sa vie. Et cette règle, croyez-moi, s'applique admirablement au recrutement. Il suffit de la suivre à la lettre pour être en mesure de composer une dream team.

«Ce changement passe ensuite par l'adoption d'une nouvelle vision de votre équipe, voire de votre entreprise. Faites ainsi l'exercice suivant:

– Imaginez à quoi ressemblera votre équipe (ou carrément votre entreprise) dans deux ans : qui sera encore là? qui n'y sera plus? quels seront les nouveaux défis que vous devrez relever? quels besoins en matière de capital humain devrez-vous combler? etc.

– Identifiez les 20 ou 30 employés qui brillent actuellement chez vos concurrents (ou dans des secteurs d'activités proches du vôtre) et que vous verriez bien dans votre équipe de demain, celle qui existera dans deux ans.

– Ne retenez de cette liste que ceux qui sont en poste depuis un an ou deux, maximum. Pourquoi? Parce qu'en général les personnes talentueuses ne restent que deux ans et demi à un même poste, ce qui est particulièrement vrai dans l'univers des start-ups.

Une fois ce travail de moine fait, vous disposez d'une liste inestimable, celle où se dissimule la perle rare dont vous avez absolument besoin.»

Après ça? Il faut faire le tri, sans se tromper. C'est-à-dire comme ceci, selon Tom Williams:

«À partir de là, suivez toutes les personnes de la liste sur les médias sociaux. LinkedIn, Twitter, etc. Suivez-les partout, sans relâche. Et interagissez ponctuellement avec elles, lorsque l'occasion se présente : lorsque la personne partage quelque chose que vous trouvez vraiment intéressant, ou encore lorsqu'elle exprime une opinion qui vous touche vraiment.

«Enfin, le jour où vous vous sentez de véritables atomes crochus avec l'une de ces personnes que vous suivez sur les médias sociaux, faites un pas vers elle. Ne faites surtout pas l'erreur de lui faire un pitch! Non, soyez plus subtils que ça et demandez-lui plutôt conseil. Proposez-lui un café ou un lunch, histoire de partager avec elle une difficulté que vous avez vraiment et de pouvoir bénéficier de ses lumières. Croyez-moi, il est rare que quelqu'un refuse une telle invitation...»

Et Tom Williams de carrément suggérer un message de courriel type pour ce faire : "Salut Jane. J'ai une profonde admiration pour ce que ton équipe et toi accomplissez chez AcmeCo. Il se trouve que je travaille dans le même secteur d'activité et que j'ai un défi particulier à relever, si bien que j'apprécierais grandement qu'on puisse en jaser : je suis sûr que tes lumières éclaireraient ce défi sous un tout nouveau jour; et – qui sait? – cela pourrait aussi te permettre de découvrir une nouvelle façon de voir notre secteur d'activité. Que dirais-tu de prendre un café ensemble, par exemple la semaine prochaine? D'avance, un grand merci."

«Un conseil : ne soyez pas pressé, a-t-il souligné. Car la clé du succès, c'est la persévérance. Un exemple frappant : il m'est arrivé de suivre assidûment quelqu'un – une star de la Silicon Valley – sur Twitter pendant six mois, sans aucun retour particulier de sa part chaque fois que je tentais d'interagir avec lui; et puis, un soir de résultats d'élections, il s'est ouvert le coeur sur Twitter, ce qui m'a permis d'enfin le toucher par mes propres réactions aux siennes; ça a si bien fonctionné que c'est lui qui m'a invité à prendre un café dans sa boîte; ce qui m'a donné une occasion en or de lui parler de mes projets et, mine de rien, d'en faire l'un des plus gros actionnaires de BetterCompany.»

Et d'ajouter : «Ne vous sous-estimez jamais. Ne considérez pas une seule seconde que votre équipe, ou vous-mêmes, êtes trop modestes pour pouvoir séduire des stars. C'est en vous montrant transparent, authentique et ambitieux que vous réussirez à séduire la perle rare qui finira bien par se présenter à vous. Pas autrement.»

Pour conclure, un dernier conseil pratique de la part de Tom Williams : ultimement, recruter, c'est dire davantage «non» que «oui»; et par suite, davantage se faire dire «non» que «oui». «La plupart d'entre nous vivent durement le rejet, mais ce dernier est omniprésent en matière de recrutement. L'idée est, donc, de faire preuve du plus grand respect pour les uns et les autres, quoi qu'il arrive. Ce qui peut se traduire, entre autres, par l'habitude de maintenir un lien riche avec les personnes intéressantes (ex.: celles figurant sur notre liste de candidats potentiellement pertinents à embaucher) à qui on a dit «non» ou qui nous ont dit «non»; car ces liens-là ne sont jamais totalement inutiles...»

Voilà. Vous savez à présent comment s'y prendre concrètement Tom Williams pour exceller dans l'art de la pêche aux perles rares. À vous de vous en inspirer pour projeter votre équipe, voire votre entreprise, vers un avenir radieux!

En passant, le photographe français d'origine hongroise Brassaï aimait à dire : «On se demande parfois si la vie a un sens. Et puis, on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie».

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

 

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Les ventes de véhicules automobiles ont reculé de 13% en avril au Canada

140 785 véhicules légers neufs ont été vendus en avril, soit à peine plus que les 140 460 vendus en mars.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...