Comment déjouer le petit tyran du bureau?

Publié le 16/12/2014 à 06:00

Comment déjouer le petit tyran du bureau?

Publié le 16/12/2014 à 06:00

Le petit tyran a le chic pour piquer des colères incroyables... Photo: DR

Il y en a toujours un. Toujours. Vous savez, celui qui crie sur tout le monde. Celui qui dit aux autres comment faire pour bien faire. Celui qui joue sans cesse au petit boss, même s’il n’a aucune autorité légitime sur les autres. Oui, il y a toujours un petit tyran au bureau. Pas vrai ?

La question est, de toute évidence : comment faire pour le déjouer subtilement ? Eh bien, la bonne nouvelle du jour, c’est que j’ai déniché une étude à ce sujet, intitulée Beware the angry leader : Trait anger and trait anxiety as predictors of petty tyranny. Celle-ci est signée par trois professeurs de psychologie de l’Université de Bergen (Norvège) : Anders Skogstad, Torbjørn Torsheim et Stale Einarsen, assistés de leur étudiant Leo Kant. Et elle montre qu’il y a moyen d’y parvenir.

Découvrez mes précédents billets

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

Les quatre chercheurs norvégiens ont eu une belle intuition, lorsqu’ils se sont intéressé aux bosses qui piquaient des colères noires : ils se sont dit qu’ils avaient de fortes chances d’en trouver dans… la marine. De fait, nous avons tous en tête cette image du capitaine en furie qui hurle sur son équipage, à la moindre incartade. Oui, du capitaine qui est seul maître à bord après Dieu, et donc en droit de se comporter comme bon lui semble à l’égard de ses subordonnés. Ce cliché correspond-il moindrement à la réalité ?

Pour s’en faire une idée, ils ont pris contact avec la direction d’une compagnie maritime spécialisée dans le cabotage le long de la côte norvégienne et ont obtenu l’autorisation de soumettre des questionnaires pointus à leurs employés. C’est ainsi qu’ils ont obtenu de précieuses informations concernant les relations de travail de 272 membres d’équipage et de 99 capitaines.

Dans le cas présent, chaque capitaine a la responsabilité d’un équipage de 2 à 10 membres. Lorsqu’ils sont en mer, ils sont ensemble 24 heures sur 24, et cela peut durer jusqu’à sept journées d’affilée. Autrement dit, des conditions de travail idéales pour que surviennent des coups de gueule à répétition de la part du capitaine, ne serait-ce qu’en raison du fait que certains membres de l’équipage lui portent sur les nerfs.

Qu’est-ce que ces questionnaires leur ont permis d’apprendre ? Ceci :

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Pierre Beaudoin défend Bombardier face aux fournisseurs qui poursuivent l'entreprise

Cormer réclame 12,4 M$ avec intérêts de Bombardier en compensation pour l'abandon du projet Learjet 85.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...