Au travail, ça ressemble à quoi, un harceleur?

Publié le 09/12/2016 à 06:12

Au travail, ça ressemble à quoi, un harceleur?

Publié le 09/12/2016 à 06:12

Le danger vient souvent de là où on l'attend le moins... Photo: DR

Le harcèlement au travail... Le sujet est tabou, si bien que nous n'en avons, pour la plupart d'entre nous, que des clichés. Ce qui en décuple les dégâts puisque, lorsqu'une entreprise doit y faire face, elle ne sait pas de quoi il s'agit, au juste, leurrée qu'elle est par ses idées reçues.

D'où l'intérêt du sondage sur le sujet mené le mois dernier au Québec par la firme Crop pour le compte de l'Ordre des conseillers en resources humaines agréés (CRHA). C'est qu'il réserve quelques surprises à ceux – trop nombreux, d'après moi – qui considèrent a priori qu'il ne s'agit là que d'accidents professionnels ne prêtant guère à conséquences...

Mon nouveau livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

Je vous avertis, accrochez-vous bien avant de découvrir ce qui suit :

> Un harcèlement surtout psychologique. Dans 9% des cas de harcèlement, il s'agit de harcèlement sexuel. Le reste du temps, il s'agit de harcèlement psychologique, à savoir une conduite vexatoire qui se manifeste par des comportements, des paroles ou des gestes qui sont hostiles, qui portent atteintes à la dignité d'une personne et qui rendent le milieu de travail néfaste. Ex.: une remarque raciste, une attitude physiquement menaçante, des critiques continuelles et déplacées, etc.

> 1 Québécois sur 5 est victime ou témoin de harcèlement au travail. À noter qu'il y a quasiment autant de victimes que de témoins, si bien qu'il est faux de croire que le harcèlement est quelque chose qui passe inaperçu de tous.

> Surtout les 18-34 ans. Dans 1 cas sur 4, le harcèlement concerne un jeune employé, qui figure dans la tranche d'âges des 18 à 34 ans. Et 2 fois sur 3 ce sont non pas de jeunes femmes, mais de jeunes hommes qui en sont victimes.

> Une moyenne de 12 plaintes par jour de semaine. En moyenne annuelle, 3 100 plaintes pour harcèlement psychologique ont été déposées auprès de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), au cours des trois dernières années. Ce qui fait une moyenne de 12 plaintes par jour de semaine à l'échelle de la province!

> 1 cas de harcèlement sur 4 n'est pas dénoncé. 28% des cas de harcèlement ne sont pas rapportés à l'employeur. C'est-à-dire que 1 fois sur 4 le témoin ou même la victime du harcèlement n'en parle pas à la direction de l'entreprise. Et ce, pour toutes sortes de mauvaises raisons (crainte que la situation n'empire, peur quant aux répercussions professionnelles, etc.).

Époustouflant, n'est-ce pas? Auriez-vous ainsi dit que les jeunes hommes étaient plus victimes de harcèlement au travail que les jeunes femmes? Hum, pas sûr...

Continuons, avec cette fois-ci quelques données à propos des harceleurs :

> Surtout les collègues. 1 fois sur 2, le harceleur est un collègue, ce qui touche tout autant les hommes que les femmes. 1 fois sur 3, le harceleur est le supérieur hiérarchique immédiat, ce qui arrive surtout lorsque la victime est une femme. Enfin, il arrive que le harceleur soit un client, mais cela ne se produit que 1 fois sur 5.

Autrement dit, il est faux de croire que le harceleur est toujours un boss qui cherche à abuser de sa situation d'autorité. Cela arrive, bien sûr, mais cela concerne plus souvent, en vérité, un collègue. En conséquence, le danger provient en général de là où on ne l'attend pas.

«Le phénomène du harcèlement est très préoccupant, et même beaucoup plus préoccupant que ce qu'on imagine la plupart du temps. Car son impact se fait directement sentir sur la santé psychologique des employés, sur le climat de travail et, donc, sur la performance globale de l'entreprise», dit Manon Poirier, directrice générale, de l'Ordre.

L'interrogation saute aux yeux : que faire, à présent que l'alarme résonne à vos oreilles? La réponse est aisée, selon l'Ordre : prévenir, prévenir, et encore prévenir.

Ce qui signifie :

1. Communiquer davantage au sein de l'entreprise à propos de l'ampleur du phénomène, en pulvérisant au passage quelques idées reçues à son sujet (ex.: la croyance selon laquelle les harceleurs sont toujours des supérieurs hiérarchiques qui veulent abuser de leur situation d'autorité au détriment de proies fragiles).

2. Indiquer les mesures à suivre lorsqu'on est confronté à du harcèlement, que l'on soit la victime ou un témoin. Et ce, en rassurant quant aux inquiétudes d'impacts négatifs pour ceux qui se plaignent.

3. Enquêter «de manière rigoureuse», lorsqu'une plainte a été déposée. Au besoin, avec l'aide de «professionnels compétents», comme l'indique l'Ordre. Et prendre les mesures qui s'imposent, le cas échéant.

«Dès lors que les employés ont confiance dans le processus de règlement d'une telle plainte, les comportements inappropriés sont toujours plus rapidement dénoncés, et par suite, supprimés», indique Mme Poirier.

En passant,le fabuliste français Jean de La Fontaine a dit dans La Matrone d'Éphèse : «La douleur est toujours moins forte que la plainte».

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon nouveau livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

 

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...