Au Canada, les hommes gagnent 26% plus que les femmes!

Publié le 20/03/2019 à 06:09

Au Canada, les hommes gagnent 26% plus que les femmes!

Publié le 20/03/2019 à 06:09

Le pire, c'est qu'ils n'en ont même pas conscience... Photo: DR

L’équité salariale ? Au Canada, ce terme est une sombre joke ! Elle n’existe tout simplement pas, et n’est pas prête à voir le jour à court terme. C’est du moins ce qui ressort d’une étude fracassante du cabinet-conseil en ressources humaines ADP Canada menée en collaboration avec la firme Léger.


Aujourd’hui, les hommes touchent en général un salaire annuel 26% plus élevé que celui des femmes, la moyenne étant pour les premiers de 66 504 $ et pour les secondes de 49 721 $. Le fossé s’agrandit lorsqu’on tient compte des rémunérations additionnelles (primes, participations aux bénéfices…) : les hommes gagnent ainsi en moyenne 5 823 $, contre 3 912 $ pour les femmes ; ce qui représente un écart de 33%.


Ce n’est pas tout. Une autre donnée fait froid dans le dos : les femmes sont deux fois plus nombreuses (26%) que les hommes (14%) à indiquer qu’elles touchent un salaire inférieur à 30 000 $ par an. Ce qui représente un autre signe clair de la forte discrimination des femmes sur le marché du travail canadien.


Le plus incroyable, c’est qu’il semble que cette discrimination-là soit invisible aux yeux des employés comme des employeurs. Plusieurs chiffres saisissants en attestent :


– Près de 80% des hommes sont convaincus que les hommes et les femmes sont rémunérés à hauteur égale au sein de leur organisation. En revanche, seulement 62% des femmes sont de cet avis.


– Les managers sont les plus susceptibles de croire que l’équité salariale est une priorité pour leur organisation : les trois quarts d’entre eux (72%) en sont persuadés. Mais voilà, les cadres, c’est-à-dire les supérieurs immédiats des managers, en sont moins convaincus qu’eux : seulement 63% d’entre eux considèrent que l’équité salariale est une priorité pour l’entreprise.


Autrement dit, cette discrimination est taboue. Nous nions a priori son existence, nous nous refusons à la voir lorsque nous la percevons, et donc, à regarder la vérité en face. Pourquoi ça? Vraisemblablement de peur de découvrir combien cette discrimination est hideuse, et par suite, notre lâcheté à son égard. Un autre chiffre le confirme :


– Les milléniaux – les 18-35 ans d’aujourd’hui – sont les plus susceptibles à affirmer qu’ils démissionneraient s’ils découvraient que l’équité salariale n’était pas respectée dans leur organisation. Ce qui, d’une part, signifie que seulement 1 jeune employé sur 2 – oui, de cette génération qui pourtant s’affiche comme la plus égalitaire de toutes – est prêt à agir concrètement pour lutter contre la discrimination salariale des femmes. Seulement 1 sur 2, je le souligne. Ce qui, d’autre part, en dit long sur l’ampleur de la lâcheté des autres générations…


«Nous sommes en 2019, et il est on ne peut plus inquiétant de constater combien les femmes sont encore discriminées au travail en matière de rémunération, dit Sooky Lee, directrice générale, impartition des ressources humaines, d’ADP Canada. À plus forte raison lorsqu’on note que les femmes représentent la moitié de la main-d’œuvre et que les employeurs canadiens se plaignent de ne pas parvenir à attirer et retenir les talents d’aujourd’hui et de demain.»


De fait, il est toujours tentant d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs lorsqu’on découvre qu’on se fait arnaquer sur le plan salarial…


Et Mme Lee d’enfoncer le clou : «Les entreprises qui vont parvenir à perdurer ne seront sûrement pas celles qui estiment qu’elles peuvent casser les rémunérations dès lors qu’elles recrutent une femme. Non, celles qui vont voir fleurir leurs affaires seront celles qui adopteront une culture véritablement basée sur la diversité, l’inclusion et l’équité, en particulier en matière de rémunération.»


D’où l’impératif actuel d’oser braver le tabou de la discrimination salariale des femmes ! D’en parler ouvertement, et d’identifier collectivement des solutions permettant de corriger le tir. Sans quoi, c’est ni plus ni moins l’avenir de l’organisation qui risque d’être en péril…


En passant, l’écrivain français Victor Hugo a dit dans Les Misérables : «La première égalité, c’est l’équité».


Découvrez mes précédents billets


Mon groupe LinkedIn


Ma page Facebook


Mon compte Twitter


Et mon dernier livre : 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Nouveaux diplômés, quelles sont vos chances d'être embauchés?

25/04/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. L'optimisme est de mise, selon une étude menée au Canada par le cabinet-conseil Robert Half.

Gagnez en leadership grâce au cardinal Mazarin!

23/04/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est qu'il savait, entre autres, comment déléguer subtilement et comment agir selon une méthode rigoureuse...

Blogues similaires

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

25/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...