À quoi bon travailler en équipe?

Publié le 19/07/2012 à 09:34, mis à jour le 19/07/2012 à 13:56

À quoi bon travailler en équipe?

Publié le 19/07/2012 à 09:34, mis à jour le 19/07/2012 à 13:56

4. Réciprocité indirecte. On aide autrui quand cela est bénéfique pour notre réputation. Le gain est ici indirect. On remarque parfois ce comportement dans le règne animal : les lionnes s'occupent des lionceaux qui ne sont pas les leurs, car cela contribue grandement à asseoir leur rang social au sein du groupe ; idem chez les macaques japonais, qui s'épouillent les uns les autres dans le même objectif.

5. Progrès. On aide les membres de son groupe parce que de l'évolution de celui-ci dépend notre propre évolution. «En entreprise, des employés peuvent être en compétition entre eux pour gravir les échelons hiérarchiques, mais en même temps se mettre à collaborer ensemble parce que leur firme se doit de battre ses compétitrices», illustre le professeur de Harvard.

On le voit bien, travailler en équipe est plus que nécessaire pour nous, c'est vital. Notre survie en dépend. Notre évolution aussi, notamment sur le plan professionnel. M. Nowak souligne d'ailleurs dans son article que ceux qui voudraient renforcer la coopération au sein de leur équipe devraient jouer surtout sur deux leviers :

> Réciprocité indirecte. L'idée est de veiller à ce que le crédit des bons coups reviennent à tous les membres de l'équipe, oui, à chacun d'eux, car cela leur donnera encore plus envie d'œuvrer de concert.

> Progrès. Le truc est de faire prendre conscience à chacun que ce qui est bon pour l'ensemble du groupe est bon pour lui. Si le groupe progresse, chacun de ses membres va, lui aussi, connaître des progrès. Attention, il n'est pas question de réduire ça à un avantage pécuniaire (une prime pour un bon coup, par exemple), mais plutôt d'avantages sur le plan professionnel (nouveaux horizons en perspective, nouveaux défis à relever, etc.).

Bref, tout leader qui se respecte a intérêt à faire sienne la devise «Un pour tous! Tous pour un!».

En passant, Montesquieu a dit dans ses Cahiers : «Ce qui n'est point utile à l'essaim n'est point utile à l'abeille».

Découvrez mes précédents posts

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Rentrée scolaire: la sécurité des milieux de travail inquiète plusieurs syndicats

Des syndicats déplorent qu’après 22 mois de pandémie, beaucoup d’incertitudes demeurent quant à la ventilation.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...