À qui peut-on faire confiance aujourd'hui?

Publié le 12/11/2012 à 09:09, mis à jour le 12/11/2012 à 06:30

À qui peut-on faire confiance aujourd'hui?

Publié le 12/11/2012 à 09:09, mis à jour le 12/11/2012 à 06:30

Forts des données recueillies à partir des parties du jeu ainsi que des réponses fournies individuellement aux différents questionnaires, les trois chercheurs ont pu comprendre un peu mieux le mécanisme de la tricherie. Et surtout, des deux points de vue, c'est-à-dire tant de celui du tricheur que celui de sa victime. Trois enseignements :

> Personne n'est innocent. Chacun sait que la situation est propice à la tricherie et que quelqu'un peut très bien tenter de tirer la couverture à lui.

> Personne n'est vraiment dupe. L'un comme l'autre sait très bien quand il se fait arnaquer, c'est-à-dire quand l'autre tente de tirer la couverture à lui.

> Personne n'est idiot. Chacun agit clairement en conséquence de la possibilité de tricherie. Plus cette possibilité lui paraît grande, plus il se montre prudent.

Maintenant, reste le plus important : qu'est-ce qui fait que certains trichent, et d'autres pas (ou du moins, nettement moins)? Mme Giuliano et MM. Guiso et Butler avaient une intuition à ce sujet, et l'ont vérifiée : les responsables, ce sont les parents!

En effet, les trois chercheurs ont été en mesure de répartir les valeurs généralement prodiguées au sein de la famille en deux catégories distinctes : les valeurs de coopération et celles de compétition. Les premières peuvent se résumer par «le fait de toujours donner aux autres ce qui leur revient» ; et les secondes, par «le fait de toujours chercher à être meilleur que les autres». Il se trouve que certaines familles prônent plus la compétition que la coopération, et par conséquent inculquent des valeurs plus propices à la tricherie. Résultat? Elles forment, sans s'en rendre compte, de petits tricheurs en puissance.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...