3 trucs ultrasimples pour trouver du plaisir à travailler

Publié le 21/03/2016 à 06:15

3 trucs ultrasimples pour trouver du plaisir à travailler

Publié le 21/03/2016 à 06:15

Il suffit d'un rien pour changer du tout au tout une ambiance de travail... Photo: DR

Travailler, c'est pénible. Certains jours, c'est même carrément une souffrance. Alors, nous serrons les dents, nous retroussons les manches et nous redoublons d'ardeur pour que la journée paraisse moins longue. Ou... on flanche! Et la souffrance devient un enfer sans nom.

Rassurez-vous, je n'ai pas décidé de vous saper le moral en ce lundi matin. Non, bien au contraire, j'ai envie de partager avec vous trois trucs fantastiques pour démarrer la semaine du bon pied. Et surtout, pour que cela soit désormais toujours le cas pour vous!

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Ces trois trucs, je les ai dénichés dans un livre intitulé Ralentir grâce à la pleine conscience - Astuces zen pour une vie plus calme (Guy Saint-Jean Éditeur, 2016), signé par Gill Hasson, une coach et auteure britannique. Un livre qui fourmille d'idées plus intéressantes les unes que les autres pour qui entend avoir une approche plus sereine de son quotidien au travail.

La preuve? En voici trois exemples :

1. Comment gérer les interruptions?

«Les interruptions surviennent à tout moment, sous forme de questions, d'annonces, de requêtes et d'exigences de gens qui réclament des décisions, des règlements de conflits et des solutions à divers problèmes. Les interruptions prennent la forme d'un collègue, d'un appel téléphonique, d'un texto ou d'un courriel.

«Ces interruptions compromettent la gestion de votre emploi du temps. Elles nuisent à votre travail, le ralentissent et le compliquent. Ce sont des drains d'énergie qui entravent votre concentration.

«Puisque vous avez besoin de chaque heure de votre journée, un chapelet de petites interruptions vous privera du temps dont vous avez besoin pour accomplir votre travail. Chaque fois, il vous faut du temps pour retrouver votre concentration qu'exige la tâche à finir. Nous pensons alors, à tort, que nous n'exerçons aucun contrôle sur les interruptions. Voyons comment les gérer, en s'inspirant de ce que disait Steve Jobs : «La concentration est possible à partir du moment où l'on sait dire non»...

> Acceptez le fait que vous serez interrompu. Vous pourrez mieux planifier en laissant des plages vides dans votre agenda pour les interruptions. Celles-ci vous laisseront moins frustré lorsqu'elles surviendront.

> Définissez des critères d'importance pour vous déranger. Et ce, afin qu'en deçà d'un certain seuil, les gens sachent qu'ils doivent s'abstenir de le faire. Si on vous consulte sur une question qui mérite discussion, dites à votre interlocuteur que vous le ferez plus tard, lorsque vous pourrez vous concentrer sur ce sujet.

> Fixez l'heure où vous serez disponible. Les gens ne vous interrompront que s'ils savent qu'ils peuvent le faire n'importe quand et que vous réagirez comme ils le souhaitent.

> Déléguez. Les interruptions sont inévitables si vous supervisez ou gérez du personnel, puisque toutes les questions et décisions passent par vous. Vous pouvez cependant former des employés à prendre ces décisions. Définissez des règles qui permettront à vos employés de prendre des décisions que vous auriez prises vous-même dans telle ou telle situation.

> Apprenez à dire non. Soyez ferme. Apprenez à dire non (gentiment) aux demandes d'autrui si vous êtes occupé, si quelqu'un d'autre peut s'en charger, si ce n'est pas un truc important ou s'il peut attendre.

> Soyez patient. Si vous ne pouvez les éviter, composez avec les interruptions, une à la fois. Accordez toute votre attention à chaque personne, demande ou problème. Vous serez ainsi moins stressé et pourrez réagir calmement et correctement devant chaque personne qui réclame votre attention.»

2. Comment devenir persuasif?

«Nous devons tous, tôt ou tard, persuader quelqu'un, que ce soit un collègue que l'on voudrait convaincre de faire un travail avec nous ou un supérieur hiérarchique que l'on voudrait voir adopter notre idée. Peut-être avez-vous essayé de convaincre votre ado de participer à une réunion de famille ou votre conjoint d'aller passer le temps des fêtes a soleil?

«La persuasion ne consiste pas à tenter de convaincre quelqu'un de faire quelque chose ni à convaincre les gens que votre idée ou votre méthode est la meilleure. Car ce faisant, vous placeriez probablement vos interlocuteurs sur la défensive.

«En fait, la persuasion exige des qualités telles que l'engagement, la reconnaissance et la patience. Pour convaincre quelqu'un de faire ce que vous souhaitez, vous devez lui expliquer de quoi il s'agit et ce que cette personne y gagnera. Vous devrez faire appel à la raison et aux sentiments. Vous devez vous attendre à négocier et à faire des compromis.

«Voici comment vous y prendre concrètement...

> Trouvez le bon timing. Le moment où vous dites quelque chose importe autant que ce que vous dites. Si possible, choisissez un moment où la personne sera réceptive et disposée à considérer votre proposition.

> Suscitez la curiosité. Demandez-vous au préalable ce qui pourrait attirer l'attention de votre interlocuteur concernant votre proposition. Qu'est-ce qui pourrait capter son intérêt? Tablez-vous sur ce que vous connaissez d'elle? Et si jamais vous ne voyez pas trop, faites subtilement parler la personne sur ce qui l'intéresse, en lien avec votre idée.

> Écoutez. L'une des meilleures façons de convaincre les gens est d'entendre ce qu'ils ont à dire. Écoutez leurs objections. Recevez-les et répondez-y. Les gens sont plus disposés à coopérer s'ils se sentent écoutés et compris.

> Cherchez le chemin le plus court vers un accord. Négociez et faites des compromis. Dites clairement ce que vous êtes prêt à faire ou à concéder.

> Respirez. L'urgence et l'immédiateté sont les ennemis de la persuasion. Les gens aiment décider eux-mêmes du moment où ils accepteront votre idée. Présentez vos propositions et donnez-leur le temps d'y réfléchir.

> Lâchez prise. Sachez à quel moment accepter que vous ne convaincrez pas votre interlocuteur. Laissez alors tomber. Cessez de tenter de persuader l'autre et songez plutôt à un plan B.»

3. Comment retrouver une âme de débutant?

«Avoir une âme de débutant signifie simplement que vous abordez les gens, les événements, les sujets et autres activités comme si c'était la toute première fois.

«Vos expériences, croyances et jugements orientent vos actions, vos raisonnements et même vos sentiments. Or, lorsque vous agissez toujours de la même manière, selon les mêmes procédés, lorsque vous restez fidèles à vos idées reçues et réagissez aux événements et aux gens sans jamais rien changer, vous ratez toutes sortes de possibilités , de découvertes, d'idées neuves. Vous empruntez un sentier étroit qui laisse peu de place à la nouveauté.

«Au lieu de réagir comme à l'habitude, l'approche du débutant vous incite à adopter un point de vue inédit et à réagir aux choses telles qu'elles sont vraiment.

«Il ne s'agit pas d'amoindrir la valeur de votre savoir et de votre expérience, mais de garder l'esprit ouvert.

«Garder une âme de débutant peut vous aider à ralentir, en vivant l'instant présent parce que vous cherchez à remarquer ce qu'il y a de nouveau dans toute situation. Cela vous place dans l'ici et maintenant, car vous avez alors une conscience plus aiguë de ce qui se passe tout autour de vous.

«Voilà qui rend la vie intéressante et rafraîchissante! De quoi vous tenir en alerte, conscient et disposé à apprendre :

> Modifiez votre trajet quotidien. Empruntez-vous toujours le même trajet pour aller et revenir du travail? Essayez donc de partir 10 minutes plus tôt, et prenez un tout autre chemin. En sortant de votre itinéraire habituel, vous remarquerez de nouvelles choses.

«Vous pouvez faire la même chose à l'épicerie. Empruntez les allées dans un autre sens, ou dans un ordre différent. Vous mettrez plus de temps à faire vos courses, mais vous ne soupçonnez pas à quel point vous découvrirez de nouveaux produits et aliments!

> Écoutez de la musique autrement. Adoptez l'approche du débutant pour écouter des oeuvres musicales comme si vous les entendiez pour la première fois. Choisissez l'une de vos pièces préférées, puis prêtez attention à un élément que vous n'écoutez pas habituellement - le rythme, les paroles ou un instrument particulier. Même si vous avez écouté cette pièce de nombreuses fois, vous vivrez une expérience nouvelle si vous l'écoutez avec une âme de débutant. C'est que vous serez d'emblée dans l'instant présent.

> Apprenez quelque chose. Ce peut être une nouvelle recette, une langue, l'écriture créative, la maçonnerie, le dessin, le tennis ou le ping-pong. Faire un nouvel apprentissage est sans contredit la meilleure façon d'entrentenir son âme de débutant puisque vous partez vraiment de zéro.

> Voyez autrui sous un tout nouveau jour. Pensez à une personne avec qui vous avez toujours eu du mal à vous entendre, un boss ou un collègue, par exemple. Mettez de côté vos opinions à son sujet et cherchez quelque chose de neuf chez lui. Cherchez du positif, bien entendu. Ce peut être un aspect de sa personnalité, son attitude, une particularité dans sa façon d'interagir ou un aspect de son travail.»

Voilà. Vous disposez à présent de trois trucs ultrasimples pour aborder votre quotidien au travail sous un angle neuf, voire pour y briller comme jamais. Avec, à la clé, la possibilité de trouver votre travail enfin agréable.

Alors, n'hésitez pas une seconde, et lancez-vous!

En passant, le pionnier allemand de l'aéronautique Otto Lilienthal disait : «Inventer un avion n'est rien. Le construire est un début. Voler, c'est tout».

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe LinkedIn

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...