Élections Québec 2012: La comptabilité de coin de table de François Legault

Publié le 15/08/2012 à 09:44, mis à jour le 15/08/2012 à 09:57

Élections Québec 2012: La comptabilité de coin de table de François Legault

Publié le 15/08/2012 à 09:44, mis à jour le 15/08/2012 à 09:57

« Le vrai politique, c’est celui qui sait garder son idéal tout en perdant ses illusions », disait John F. Kennedy. Depuis le début de la campagne électorale, François Legault incarne plutôt l’inverse. Sa plateforme truffée d’illusions manque douloureusement d’idéal pour le Québec et je ne fais pas ici strictement référence au projet souverainiste duquel il s’est détourné. Non, la Coalition Avenir Québec (CAQ) ne propose rien pour l’environnement, la justice sociale, le partage de la richesse, le développement économique régional; pas d’idéal d’une société plus juste, qui s’affirme et s’entraide. Par contre, des illusions, il y en a pour les fins et les fous.

Ainsi, la CAQ promet de ramener la dette du Québec au même niveau que celui des autres provinces canadiennes en une dizaine d’années. Pour réaliser cette promesse, François Legault devrait rembourser un montant de 81,5 milliards de dollars au cours des dix prochaines années. Il prétend pouvoir le faire en versant la totalité des redevances perçues sur les ressources naturelles non renouvelables, qu’il ne prévoit pas hausser. Les revenus miniers sont évalués à quelque 4 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie. Le chef de la CAQ prévoit aussi affecter des hypothétiques redevances perçues sur le pétrole au remboursement de la dette alors qu’aucune entreprise pétrolière ne prévoit verser de redevances avant 2015, et ce, dans le meilleur des cas.

En outre, comme le Québec fait toujours partie du Canada, la moitié des redevances perçues par le gouvernement du Québec est retenue par le gouvernement fédéral par le biais du système de péréquation. Il est donc techniquement impossible de promettre d’affecter plus de la moitié de ces redevances avec la formule de péréquation actuelle. Pour réaliser son engagement de ramener la dette du Québec au même niveau que celui des autres provinces en affectant la totalité des redevances perçues sur les ressources non renouvelables, il lui faudrait plus de 400 ans.

À la une

Ottawa s'immisce dans le litige entre Enbridge et le Michigan

La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, souhaite la fermeture pure et simple de ce pipeline transfrontalier.

Pierre Karl Péladeau lance une nouvelle salve contre Bell

Bell est « dans une situation permanente de conflit d’intérêts, incapable de pouvoir adéquatement nous rémunérer ».

Groupe TVA essuie une perte au premier trimestre

La pandémie de COVID-19 a continué de gruger les profits du Groupe TVA au premier trimestre. La filiale ...