Russie, Twitter et Qatar: prochains Waterloo?

Publié le 22/11/2022 à 12:30

Russie, Twitter et Qatar: prochains Waterloo?

Publié le 22/11/2022 à 12:30

«Waterloo marqua le début de la fin pour Napoléon, bien hâte de voir si ces trois autres batailles auront une finalité aussi abrupte que celle de juin 1815!» (Photo: DeAgostini pour Getty Images)

BLOGUE INVITÉ. C’est le 18 juin 1815, à une vingtaine de kilomètres au sud de Bruxelles que s’est déroulée la célèbre bataille de Waterloo, avec d’un côté l’armée française menée par l’empereur Napoléon 1er après un court premier exil, et de l’autre, l’armée principalement composée de soldats britanniques, néerlandais, et prussiens.

Plus qu’une «simple» bataille, elle marque la fin du règne de l’un des personnages les plus marquants de l’époque, Napoléon Bonaparte. Après le siège de Toulon en 1793, Napoléon connaît une ascension vertigineuse qui, de victoire en victoire, le mène une dizaine d’années plus tard à être proclamé empereur de France.

La cuisante défaite de Waterloo l’oblige, lors de son retour à Paris, à abdiquer une seconde fois. Cette bataille est sa dernière. Quelques mois plus tard, Napoléon est déporté sur l’île Sainte-Hélène, au beau milieu de l’Atlantique Sud, où il meurt six ans plus tard, le 5 mai 1821.

«Frapper son Waterloo» est aujourd’hui une expression bien connue inspirée directement de l’Histoire et utilisée pour décrire une personne, une institution ou une entreprise qui subit un cinglant échec.

En analysant le contexte politico-économique des derniers mois, je ne peux m’empêcher de faire le lien entre cette bataille et celles qu’ont déclenchées la Russie en envahissant l’Ukraine, Elon Musk en faisant l’acquisition de Twitter et le Qatar en militant pour organiser la Coupe du monde de football.

Outre le cas russe, il est très difficile de comparer l’échec militaire de Waterloo au rachat d’une entreprise ou à l’organisation d’une compétition sportive.

Cependant, il est important de rappeler que Napoléon était aussi convaincu d’une victoire rapide et facile que Vladimir Poutine de la supériorité de l’armée russe, qu’Elon Musk de relancer Twitter et du Qatar de redorer sa réputation sur les droits de l’Homme.

Pourtant, chacun de ces exemples démontre à merveille la fragilité d’une stratégie mal planifiée, dirigée par un pouvoir autocratique, nourrissant un égo démesuré.

Il est encore beaucoup trop tôt pour prédire la finalité de ces «batailles» cependant, tout comme pour les forces napoléoniennes, les acteurs du moment s’enfoncent dans un bourbier dont il sera difficile de sortir indemne.

Que ce soit militairement, politiquement ou en affaires, il ne faut jamais sous-estimer l’importance de la stratégie. Sun Tzu, le général chinois et auteur du très influent livre L’Art de la guerre, disait que la meilleure stratégie est celle qui permet d’atteindre ses objectifs sans avoir à se battre.

Force est de constater que ni les bombardements, ni la gestion agressive et hostile, ni le contrôle d’informations par menaces ne sont des stratégies gagnantes… Surtout en 2022!

Seul l’avenir nous dira comment ces trois batailles vont évoluer et il sera intéressant, au fil des prochaines semaines et mois, de voir comment chacun des belligérants s’adaptera face aux défis qui découlent de leur erreur de stratégie.

Entre-temps, il est triste de constater les répercussions catastrophiques de ces erreurs sur d’innocentes victimes qui vivent dans la peur, en voyant leur pays détruit par des missiles, qui perdent leurs emplois sans aucune raison valable, ou qui subissent d’importants préjudices en voyant leurs droits fondamentaux bafoués.

Après quelques heures de combat à peine, en pleine fuite, Napoléon avait sur les mains le sang de près de 10 000 soldats morts et de 30 000 blessés, sans oublier le massacre de plus de 12 000 chevaux. Waterloo marqua le début de la fin pour lui, bien hâte de voir si ces trois autres batailles auront une finalité aussi abrupte que celle de juin 1815!

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Le télétravail, un deuil à vivre

BLOGUE INVITÉ. «En bouleversant ma routine du quotidien, j’ai perdu mes repères.»

Bulletin de la prospérité: encore un C pour le Québec

01/12/2022 | Matthieu Hains

Le Bulletin de la prospérité met en évidence les principales forces et faiblesses économiques de la province.

Blogues similaires

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Serez-vous sobre en 2022?

BLOGUE INVITÉ. Avez-vous déjà réfléchi à l’impact environnemental de votre comportement numérique?

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.