Quel avenir pour les restaurants?

Publié le 01/02/2022 à 11:20

Quel avenir pour les restaurants?

Publié le 01/02/2022 à 11:20

Il est encore beaucoup trop tôt pour avoir une vision claire du futur de cette industrie, mais une chose est certaine, une évolution, voire une révolution, est nécessaire afin de lui redonner de l’oxygène. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Le constat est sans équivoque. L’industrie de la restauration au Québec est sous respirateur artificiel. Cette énième réouverture marque un point de non-retour. 

En effet, au risque de me répéter, l’état de dévastation est tel que «simplement» rouvrir les portes ne sera pas assez, tellement les défis se sont accumulés au fil des deux dernières années. 

Pénurie de main-d’œuvre, perte de savoir, augmentation drastique des coûts des matières premières, changement des habitudes des clients, compétition accrue des entreprises offrant des boîtes repas prêts-à-manger, risques omniprésents des conséquences de la pandémie, dépenses obligatoires supplémentaires, afin de respecter les consignes sanitaires, craintes de contamination de certains et j’en passe. 

Plusieurs, pour mille et une raisons, ont pu traverser la crise «sans trop de dégâts», d’autres ont même connu des années record. Je pense notamment ici à l’entreprise Beauceronne Pizza Salvatoré, qui a plus que doublé sa présence au Québec avec l’ouverture d’une vingtaine de nouvelles succursales dans les 20 derniers mois, ou de la pléthore de restaurants offrant du poulet frit qui ont ouvert un peu partout depuis le début de la pandémie. 

Mais pour les autres, outre certaines grandes chaînes qui bénéficient d’une solidité leur permettant de mieux faire face au tsunami, ou quelques adresses iconiques, que faut-il faire? 

Le célèbre chef, auteur et animateur Anthony Bourdain avait énormément de respect et d’admiration pour ce que la scène culinaire montréalaise était devenue au fil des ans. C’est notamment grâce à des chefs tels Normand Laprise, Martin Picard, David McMillan et Frédéric Morin que la ville a pu se forger une solide réputation dans le monde de la restauration, faisant briller également au passage, d’autres chefs tout aussi talentueux aux quatre coins de la province.

Tristement, la COVID-19 a non seulement freiné cette superbe lancée… Pire, elle a forcé la fermeture de certaines adresses succulentes, telles le Bremner, Le Petit Mousso, le Manitoba, Grumman 78, Agrikol et plusieurs autres… 

Maintenant, que faire? Comment se relever de ce lendemain de veille? Comment repartir, rebâtir avec de nouvelles bases, mais avec encore tellement de défis ainsi qu’un avenir parsemé d’incertitudes? Le modèle «traditionnel» du restaurant tel qu’on le connaît est-il encore viable? 

Il est encore beaucoup trop tôt pour avoir une vision claire du futur de cette industrie, mais une chose est certaine, une évolution, voire une révolution, est nécessaire afin de lui redonner de l’oxygène. 

Plusieurs tendances semblent déjà émerger. Certains soulignent l’importance d’ouvrir de nouveaux concepts de restaurants plus équitables envers leurs employés et plus durables financièrement. D’autres misent énormément sur la technologie afin d’offrir une expérience supplémentaire aux clients. 

Des restaurants offrant un menu plus court, plus spécialisé, mais plus qualitatif et/ou de saison. Une équipe plus petite, mais plus humaine et professionnelle, une offre à déguster sur place ou à emporter, une diversification de certains de leurs menus ou produits en épicerie, bref, nous sommes définitivement au tout début d’une ère d’innovation dans l’univers de la restauration. 

Bien entendu, autant les différents paliers gouvernementaux que les clients devront, eux aussi, accepter de se joindre à l’effort de reconstruction. 

Pour conclure, les prochaines années ne seront pas de tout repos pour nos restaurateurs et nous n’avons malheureusement pas fini de voir plusieurs être obligés de mettre la clé sous la porte. Cependant, l’engouement des clients lors des dernières réouvertures me donne énormément confiance en l’avenir!

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Mieux concilier travail et famille en agriculture

07/12/2022 | Maxime Bilodeau

RÉTENTION DE MAIN-D'OEUVRE. Dans le milieu agricole, la fidélisation de la main-d’œuvre se conjugue au féminin.

Dr Martens perd 20% en bourse

24/11/2022 | AFP

Le bénéfice net a reculé de 8% sur un an à 44,7 millions de livres.

Blogues similaires

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Serez-vous sobre en 2022?

BLOGUE INVITÉ. Avez-vous déjà réfléchi à l’impact environnemental de votre comportement numérique?

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.