Merci au Cirque du Soleil, à Rona et à St-Hubert

Publié le 06/04/2016 à 11:00

Merci au Cirque du Soleil, à Rona et à St-Hubert

Publié le 06/04/2016 à 11:00

(Photo: Denis Lalonde)

Qu’ont en commun le Cirque du Soleil, Rona et St- Hubert? Non, ce ne sont pas seulement des fleurons du Québec inc. qui sont passés à des mains étrangères dernièrement. Non ce ne sont pas seulement des entreprises connues et aimées du grand public qui ont déclenché toutes sortes de réactions après l’annonce de leur vente.

Ce sont aussi trois entreprises qui s’étaient rendues à l’évidence que pour garantir une pérennité, pour relancer la passion et les idées afin d’atteindre de nouveaux sommets, il fallait passer le flambeau et trouver un acquéreur.

Il vient un temps quand, un peu comme dans la vie, un changement majeur est nécessaire. Il peut s’agir d’un virage professionnel pour certains, d'un changement radical d’habitude de vie pour d’autres... Une action drastique doit parfois être prise afin d’assurer l’avenir! Le monde des affaires n’est pas différent. Une acquisition, une restructuration, de nouveaux produits, de nouveaux marchés, une mise en vente.

Bien sûr que j’ai eu un pincement au cœur lors de chacune de ces annonces. Tout comme pour beaucoup de Québécois, j’en étais fier, je les citais en exemple, je m’en inspirais. Lorsque je me suis lancé en affaires, je rêvais d’atteindre une fraction de leur succès. Elles ont donné le goût à des centaines de jeunes entrepreneurs de se lancer en affaires et de croire qu’ils pourraient bâtir de grandes entreprises qui suscitent la fierté.

Les réactions qui ont suivi l’annonce de la vente de St-Hubert ne m’ont pas surpris. Chaque fois qu’une entreprise québécoise est impliquée dans une transaction, c’est le jour de la marmotte. Mais cette fois, les propos de certains m’ont tout simplement laissé bouche bée. Entendre que Jean-Pierre Léger n’avait pas le droit de vendre St- Hubert, qu’il était irrespectueux de céder le groupe à une entreprise de l’autre côté l’Outaouais et qui, par conséquent, ne méritait plus notre admiration, cela relève de la pure folie!

Bâtir un tel succès ne se fait pas par accident. Je remercierais plutôt M. Léger pour la création de plus de 10 000 emplois. Merci d’avoir fait une différence dans tant de régions et pour tant de causes. Merci d’avoir créé le plus grand succès en restauration de l’histoire du Québec !

Un peu comme un vétéran qui laisse sa place à une recrue, le changement de main n’est qu’une évolution naturelle de l’entrepreneuriat. Il est normal que des entrepreneurs, pour prendre l’exemple de Guy Laliberté ou de Jean-Pierre Léger, après presque une vie entière de travail et de sacrifices, veuillent passer le flambeau. Peu importe les raisons, cette décision est certainement la plus importante de leur vie. Ils ont été assez brillants pour bâtir de grand succès, ils sont assez intelligents pour faire ce qui est de mieux pour l’avenir de leur entreprise.

Un peu comme quand l’italienne Fiat a acheté le fleuron américain Chrysler ou quand le groupe français Ricard a acheté la suédoise Aboslut vodka, l’internationalisation des entreprises est aujourd’hui monnaie courante et nous devons vivre et accepter cette réalité.

Le Québec n’est pas que perdant. Nous oublions vite les acquisitions internationales en série de Couche-Tard, Saputo, CGI ou de Stingray!

Bien que j’aurais préféré que nos fleurons restent entre nos mains, je me réconforte en sachant qu’au quotidien, aux quatre coins de la province, de jeunes entrepreneurs acharnés et inspirés par ces grands bâtisseurs et leurs succès sont en train de bâtir les futurs emblèmes du Québec inc.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Blogues similaires

Refuser d'abandonner malgré les épreuves

01/02/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Deux histoires d'entrepreneurs de chez nous qui ont refusé d'abandonner malgré les épreuves.

Les nombreux avantages de l'écoconception

BLOGUE INVITÉ. Il faut combattre le concept que plus l'emballage est gros, plus le consommateur le remarque.

Vers le vert, au-delà du marketing

25/02/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Le développement durable, au-delà de l’image et des volontés du marketing, c’est un défi de taille.