Ma plus grande erreur

Publié le 27/10/2020 à 10:47

Ma plus grande erreur

Publié le 27/10/2020 à 10:47

Deux personnes qui font de la course à pied.

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Ceux qui me connaissent savent que j’ai fait ma scolarité dans un programme de sport-études. Je passais la moitié du temps (bon OK...un peu plus!) sur le terrain de basket, l’autre sur les bancs d’école. Pour tout vous dire, j’ai particulièrement adoré cette période de ma vie.

Le sport a longtemps été pour moi une manière de garder le droit chemin. Non pas que je comptais devenir hors la loi. Cependant, le sport faisait en sorte que je reste à l’école, que je maintienne un minimum de résultats scolaires, que je suive les règles de l’équipe sur et hors du terrain et, le plus important, que je me garde en santé physique et mentale. 

J’ai lancé mon premier ballon de basket à l’âge de onze ans et ce fut le coup de foudre immédiat. Sportif dès mon plus jeune âge, jamais je n’aurais cru que mes années d’étudiant-athlète m’auraient préparé, des années plus tard, à me lancer en affaires.

En effet, les notions telles que le travail d’équipe, la persévérance, la prise de risque, la patience, la préparation ainsi que la relation avec la défaite ou l’échec apprises pendant mes années sur le terrain sont exactement les mêmes que j’ai dû mettre à l’œuvre en me lançant en affaires.

Cependant, au fil des années, j’ai fait une erreur stratégique. Un peu comme le joueur qui connaît par cœur le jeu qu’il doit faire, mais qui manque de souffle en fin de match. Pour ma part, j’ai sous-estimé l’importance de la santé physique sur mes capacités d’entrepreneur.

Heureusement, je ne me suis pas rendu en fin de match avant de me réveiller, mais disons qu’il était temps que je retourne à l’entraînement.

C’est au milieu de l’été, un samedi soir, que j’ai finalement pris ma décision. «Fini le niaisage» comme on dit, c’était maintenant ou jamais! Fini les mille et une excuses, les résolutions du Nouvel An et les promesses non tenues.

Je ne me rappelle plus du moment exact où j’ai arrêté de m’entraîner, mais je sais que c’est quelques années après avoir lancé Pur Vodka. Bien que je déteste cette excuse, j’ai dû arrêter par manque de temps, fatigue, stress ou un magnifique trio les combinant.

Même si j'ai été un athlète de haut niveau qui a toujours jalousement fait attention à sa santé physique et qui connaît l’importance de se garder en forme, j’ai un jour totalement abandonné cet aspect de ma vie. 

À l’aube de la quarantaine, des projets à la tonne, une locomotive roulant à vive allure et avec presque 15 années d’entrepreneuriat «dans le corps», je ne voyais pas comment j’allais pouvoir continuer longtemps sans changement drastique. 

Ce fameux samedi soir, j’ai décidé de vivre mes 15 prochaines années en affaires différemment de mes 15 premières. Cette décision, je l'ai prise pour moi, mais aussi pour mes filles, mon fils et ma femme. Je voulais retrouver l’énergie, la concentration et la vitalité que j’avais quand j’étais sur le terrain. Certes, je n’ai plus le même âge, mais le corps a une excellente mémoire.

Depuis maintenant six semaines, j’ai recommencé à m’entraîner sérieusement, trois fois par semaine, grâce aux conseils de ma bonne amie Danielle Danault, la fondatrice de Cardio Plein Air, et Maguie, ma coach et franchisée de cette superbe entreprise. Par vidéoconférence ou en plein air, j’ai redécouvert le plaisir de souffrir après avoir tout donné!

Même si j'ai recommencé à m'entraîner il y a peu de temps, je suis surpris des retombées. Sommeil profond, meilleure concentration, perte de poids, tonus musculaire en progression et surtout, un boost d’énergie incroyable.

J’ai décidé d’aborder ce sujet après avoir appris que plusieurs centres d’entraînement de la province commençaient à s’impatienter face à des mesures qui, selon leurs revendications, sont contre-productives à la santé des gens. 

Les preuves sont irréfutables. S’entraîner physiquement, ne serait-ce que quelques minutes par jour, combiné à une saine alimentation, est la meilleure façon de rester loin des médicaments, des hôpitaux et de tout ce qui tourne autour. De plus, quoi de meilleur pour notre santé mentale qu’une bonne marche en forêt, un tour de vélo ou toute autre activité qui nous oxygène l’esprit! 

En tant qu’entrepreneur, ces six dernières semaines m’ont fait réaliser que j’avais fait une erreur stratégique en arrêtant presque toute activité physique depuis aussi longtemps. Les bienfaits ne sont pas exclusifs à mon bonheur personnel, je les ressens aussi au quotidien en tant qu’entrepreneur. 

Pendant des années j’ai repoussé ce fameux jour où il était temps pour moi de recommencer à m’entraîner. Bizarrement, ces fameuses premières semaines où l’on marche comme sur des œufs tellement nos quadriceps nous font mal et les matins où l’on peut à peine lever nos bras pour enfiler notre chandail tellement nos épaules sont meurtries me manquaient.

Un peu comme arrêter de fumer (j’imagine... je n’ai jamais fumé!) ses six premières semaines ne sont qu’un début. Le véritable défi viendra dans les prochains mois où ma persévérance et ma constance seront certainement mises à rude épreuve. 

Une chose est certaine. Je me promets de ne plus jamais abandonner ma santé physique comme je l’ai fait au fil des dernières années. On dit souvent qu’il faut faire des erreurs afin d’en tirer des leçons, et bien je vous confirme que d’avoir arrêté l'entraînement est l’une des plus grandes erreurs que j’ai faites.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Blogues similaires

Un pour tous, tous pour un

12/11/2020 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Il est primordial de comprendre et surtout de maintenir les liens qui nous unissent aux restaurateurs.

Plastiques à usage unique: réduire ou interdire?

BLOGUE INVITÉ. Pointés du doigt pour la contamination des océans, certains seront bannis du Canada d’ici la fin de 2021.

S’adapter ou se réinventer?

11/11/2020 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Si la forêt brûlait et que vous étiez au milieu, vous prendriez vos jambes à votre cou pour en sortir...