Le gouvernement a-t-il sa place en affaires?

Publié le 29/06/2016 à 11:42

Le gouvernement a-t-il sa place en affaires?

Publié le 29/06/2016 à 11:42

Photo: Shutterstock

On me demande souvent si les gouvernements en font assez pour aider les entrepreneurs et s’ils ne devraient tout simplement pas laisser le monde des affaires s’auto-réglementer.

Une question à double tranchant qui mérite une grande réflexion et non une simple réponse. Avant tout, imaginons quelques scénarios. Imaginez que le gouvernement soit totalement absent de toutes les décisions concernant le monde des affaires. Pas de Caisse de dépôt, pas d’Investissement Québec, un simple ministère du Revenu qui s’assure de récolter les impôts et taxes. 

Imaginez que l’on laisse à certaines industries, ou certaines entreprises, la voie complètement libre afin d’agir comme ils le veulent et de dicter ce que l’on consomme, d’avoir un contrôle total sur l’offre et la demande, de ne prendre que des décisions fondées sur l’appât du gain, plutôt que sur une saine gestion prenant en compte une multitude de facteurs sociaux et humains.

Serait-ce souhaitable? Poser la question, c’est y répondre. 

Comme tout partenariat en affaires, il faut que le gouvernement ait une approche «gagnant gagnant». Eh oui, le gouvernement doit agir plus comme un partenaire d’affaires que comme un simple observateur/régulateur. Je ne parle pas ici d’intervention directe dans les dizaines de milliers d’entreprises québécoises, mais plutôt d'un partenaire silencieux stratégique qui faciliterait la vie à celles-ci.

Au Québec, ce dont les entrepreneurs ont besoin c’est que le gouvernement soit un partenaire facilitateur, un partenaire propulseur plutôt qu’un partenaire de «lourdeur administrative»! 

Pour avoir une chance de réussir, l’entrepreneur doit passer la majorité de son temps à se concentrer sur sa société, sur son développement, ses ventes, sur la recherche et le développement. Il ne doit pas passer tout son temps à remplir des formulaires et à la lecture d'un nombre incalculable de lettres reçues des différents paliers gouvernementaux. 

Je ne demande pas l’impossible et suis bien conscient de la complexité de la tâche. Le gouvernement du Québec a d’ailleurs emboîté le pas en mettant en place une véritable stratégie d’allègement réglementaire et administrative. C’est dire à quel point la situation était problématique.

Cependant, ce n’est pas seulement en coupant dans la paperasse que le gouvernement deviendra le partenaire stratégique rêvé. Les entrepreneurs ont besoin de beaucoup plus.

Voici quelques idées:

Le gouvernement devrait arrêter d’exiger, lors d’appels d’offres, que le plus bas soumissionnaire l’emporte. Cette mesure encourage indirectement de grands groupes internationaux qui peuvent se permettre d’être moins ou pas du tout rentables sur un projet en particulier, ce que très peu de PME peuvent faire.

Le gouvernement devrait en permanence mettre de l’avant des produits Québécois lorsqu'il organise des réceptions ou des évènements. De l’eau de source aux champignons, des huîtres aux bleuets, il faut mettre de l’avant notre richesse et savoir-faire agroalimentaire.

Le gouvernement devrait avoir des règles plus souples pour les jeunes entrepreneurs afin de leur permettre de se lancer en affaires, grâce à un congé fiscal de 3 ans. C’est bien connu, les premières années sont les plus difficiles. Avoir un congé d’impôts et de taxes lors des trois premières années serait un atout considérable afin d’encourager non seulement l’entrepreneuriat local, mais aussi encourager les étrangers à venir se lancer en affaires au Québec.

Vous le voyez, ce ne sont pas les idées qui manquent, et oui, chacune de ces idées représente un certain coût pour la société. Le gouvernement doit réfléchir en tant qu’entrepreneur lorsque vient le temps d’en aider un. En affaires, on investit aujourd’hui pour récolter demain, on ne peut pas se permettre le contraire.

C’est aujourd’hui qu’il faut prendre les risques, c’est aujourd’hui qu’il faut tout faire pour que demain soit un jour meilleur. C’est aujourd’hui que le gouvernement doit devenir, pour les entrepreneurs, un partenaire en affaires!

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Blogues similaires

Tenir avec de la broche

03/03/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Chose certaine, la broche est maintenant un service devenu essentiel pour tout le monde.

Cachez ce déchet que je ne saurais voir

BLOGUE INVITÉ. Plusieurs obstacles empêchent de réduire nos déchets et de valoriser ceux que nous produisons.

Revaloriser les objets pandémiques: un défi entrepreneurial

16/04/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Le leader appelle à l’affirmation et à la responsabilisation, car il a foi en son prochain.