Le diable se cache dans les détails!

Publié le 02/11/2021 à 11:40

Le diable se cache dans les détails!

Publié le 02/11/2021 à 11:40

N’hésitons jamais à partager nos expériences positives, celles qui nous prouvent hors de tout doute que le diable est dans les détails. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Léonard de Vinci disait que les détails font la perfection, mais que la perfection n’est pas un détail. En effet, combien de fois avons-nous entendu parler de l’importance des détails, dans la vie tout comme en affaires? Bien souvent, il suffit d’une toute petite attention afin que l’on fasse un choix entre un produit, un service ou un autre. 

En tant qu’entrepreneur, je réfléchis très souvent à ce tout petit concept qui influence des millions de consommateurs chaque année. Bien souvent, on se rappelle davantage du détail qui nous a charmés lors de notre «parcours consommateur» que le produit lui-même que nous avons décidé d’acheter. 

Les détails, bien que très souvent petits, sont d’une importance telle que le monde entier en dépend. Des athlètes aux chirurgiens, des astronautes aux ingénieurs, en passant par les architectes ou les électriciens, l’immense majorité des professions nécessitent une attention particulière aux détails. L’erreur ne pardonne pas, elle peut même parfois être fatale. 

C’est notamment grâce à ceux-ci que certains arrivent à se démarquer. Quand un centième de seconde permet de remporter une médaille d’or aux Jeux olympiques, on réalise l’importance du détail. Quand la sonde Persévérance, après avoir parcouru plus de 470 millions de kilomètres à une vitesse de croisière de 20 000km/h atterrit sur Mars à moins de 50km de la cible visée, on réalise l’importance du détail!

 

Merci Nathalie

Dernièrement, je me suis surpris d’avoir été surpris! En effet, j’avais besoin de plus d’informations concernant un voyage que je veux faire avec ma famille cet hiver. Par le passé, j’aurais normalement organisé le tout par moi-même. Cependant, par manque de temps et surtout avec le fait que nous n’avons pas pris l’avion depuis bientôt deux ans, j’ai préféré contacter Nathalie, une bonne amie à ma sœur qui est vice-présidente pour le secteur des loisirs dans une grande agence de voyages au Québec. 

En recevant sa réponse, quelques heures après lui avoir envoyé mon courriel détaillant mes besoins, j’ai été surpris! Pour tout vous dire, j’ai même pris le temps de transférer son courriel à ma femme afin de lui dire à quel point je trouvais celui-ci complet, pour ne pas dire parfait. 

Connaissant mon horaire atypique, ma vie assez folle et sachant que j’ai trois jeunes enfants et que l’une de mes filles est atteinte de la maladie cœliaque, elle avait pris la peine d’inclure dans son message une recherche complète, des liens de références ainsi que plusieurs options afin de s’assurer que nos besoins «spéciaux» puissent être pris en compte et que nous ne passions pas nos vacances à stresser pour une raison ou une autre. 

Le fait que j’ai été étonné par sa réponse en dit long. J’y ai beaucoup réfléchi au fil des derniers jours. Comment se fait-il que je ne sois pas aussi souvent surpris de la sorte? Pourtant, n’est-ce pas là la base d’être en affaires que de vouloir offrir une expérience particulière via le produit ou le service que l’on offre? 

J’ai essayé de me convaincre de mille et une manières que mes dernières expériences décevantes n’étaient que le fruit du hasard, une question de «mauvais timing» ou tout simplement en raison des multiples nouvelles complexités actuelles qui rendent le monde des affaires encore plus difficile à naviguer… mais non! 

S’il y a une industrie qui aurait toutes les raisons de ne pas pouvoir offrir dès la réouverture des frontières un service exceptionnel, c’est bien celle du tourisme de loisirs à l’étranger en particulier! 

Cette expérience, j’en suis convaincu, vous l’avez tous vécue au fil des derniers mois. Que ce soit un service hors pair dans un restaurant où le serveur, l’hôte et le réceptionniste qui prenait les commandes étaient la même personne certains soirs par manque d’employés, ou cette jeune employée au café du coin qui, seule derrière son comptoir durant tout son quart de travail, palliait pour l’absence de deux de ses collègues avec un grand sourire et une énergie à faire déplacer les montagnes. Des exemples comme ceux-ci me font toujours réaliser à quel point les détails font toute la différence. 

Pour conclure, je nous invite à ne plus mettre d’emphase sur nos expériences négatives et nos déceptions. À la place, n’hésitons jamais à partager nos expériences positives, celles qui nous surprennent, celles qui nous prouvent hors de tout doute que le diable est dans les détails, surtout pour ceux qui les sous-estiment.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Sommet des Trois Amigos: vaccins, crise migratoire et relance économique sont au menu

Le Canada et le Mexique redistribueront des millions de doses de vaccin reçues des États-Unis vers d’autres pays.

Crise au PLQ: la députée Marie Montpetit est expulsée du caucus libéral

Cette expulsion survient alors que le parti dirigé par Dominique Anglade traverse une crise d’une ampleur ayant peu de

Blogues similaires

Mourir peut attendre…

26/11/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Des échecs en affaires peuvent mener à des tragédies. Voici un exemple touchant.

Recyclage du textile: un bilan à en déchirer sa chemise

BLOGUE INVITÉ. L'industrie consomme beaucoup d’eau, de produits chimiques, en plus d'émettre du CO2 et de polluer l'eau.

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.