La solitude de l'entrepreneur

Publié le 17/05/2016 à 12:08

La solitude de l'entrepreneur

Publié le 17/05/2016 à 12:08

Bien des gens croient que les entrepreneurs ont des vies de rêve, qu’ils gagnent beaucoup d'argent grâce à leur passion. Quel jeune entrepreneur n’a jamais espéré avoir une maison dans les plus beaux quartiers de la ville, de voyager à travers le monde, de manger dans les meilleurs restaurants et d’avoir plus peur de la fin du monde que de la fin du mois ?

Cette perception de la réussite encourage beaucoup de personnes à faire le grand saut et je les comprends. Cependant, rares sont ceux qui ont pleinement conscience des côtés moins glamour de l’entrepreneuriat.

Pour ma part, je rêvais de réussir en affaires pour pouvoir développer les mille et une idées qui me traversaient l’esprit. J’enviais le style de vie des hommes et des femmes d’affaires à succès, j’enviais surtout la perception que je m’étais faite de leur style de vie.

Aujourd’hui, je vois la vie d’entrepreneur d’un tout autre œil. Les regards qui se posent sur moi ont changé. Je suis maintenant pour certains l’entrepreneur qui a une vie de rêve. Je me considère comme privilégié. J’ai une entreprise qui fonctionne extrêmement bien et les projets pour le futur sont tous très excitants. Cependant, je dois vous dire que parfois, je me sens seul.

La solitude est un sentiment partagé par bon nombre d’entrepreneurs tout au long de leur parcours. Au début, il y a la solitude de l’idée. On se réveille avec une idée que l’on pense révolutionnaire et on n’ose pas trop en parler par peur du ridicule. Ensuite vient celle du développement. On se retrouve seul dans son sous-sol à travailler sur un prototype ou sur un plan d’affaires. En parallèle, on doit lutter psychologiquement contre notre entourage qui nous décourage et qui nous prend pour un fou!

Après des mois, voire des années, on lance finalement notre entreprise. On est motivé, mais on a peur. On se sent bien seul face à la multitude de compétiteurs, seul face à l’imposant monde des affaires.

Tout au long de notre aventure, malgré le fait qu’on ait pris le temps de s’entourer, on retrouve cette solitude. Que ce soit au moment de prendre une importante décision, lors d’un rendez-vous décisif avec notre banquier ou au cours d'une fin de semaine au bureau, on regarde autour de nous et on se retrouve bien souvent seul.

Je suis heureux, ne vous inquiétez pas. Mais il m’arrive parfois de réfléchir aux raisons qui me poussent à être si souvent sur la route, en déplacement et loin de ma famille. J’adore ce que je fais, mais certains soirs, seul dans ma chambre d’hôtel à Chibougamau ou à Vancouver, je réalise à quel point l’entrepreneuriat est aussi une forme de sacrifice.

Pourtant, je me retrouve rarement seul. Je rencontre de nombreuses personnes dans le cadre de mon travail, mais, c’est drôle à dire, je vis cette solitude en bonne compagnie! Je réalise que l’on n’est pas obligé d’être seul...pour se sentir seul. Je réalise que c’est loin de ma famille et des personnes que j’aime que je me sens seul.

Comme dit la fameuse expression anglaise «It’s lonely at the top», être un entrepreneur ce n’est pas seulement une histoire de réussite, de record de ventes ou d’émission de télé, c’est aussi devoir faire une grande quantité de sacrifices personnels et ça, c’est ce que j’appelle la solitude de l’entrepreneur.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

À la une: certifié Québec

Édition du 15 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, la naissance divers programmes de promotion d'achat local, comme la certification «Bien fait ici».

À la une: le promoteur qui voulait construire autrement

Édition du 01 Juin 2019 | Les Affaires

Cette semaine, KnightsBridge est déterminée à révolutionner l’industrie de la construction.